Pneumotachométrie

La pneumotachométrie est une méthode de mesure du débit d’air maximal qui est obtenue avec une inspiration et une expiration forcées.

En médecine pratique, l'évaluation des paramètres de l'expiration forcée est plus importante car ils sont très instructifs pour le diagnostic différentiel de divers types d'obstruction bronchique.

Indications à effectuer

Diagnostic de maladies du système respiratoire en présence de signes caractéristiques - toux prolongée, essoufflement.

Observation de patients atteints de maladies du système respiratoire au fil du temps.

Préparer les patients atteints de maladies du système broncho-pulmonaire pour la chirurgie.

Suivi du traitement chez les patients souffrant d'asthme bronchique ou de bronchopneumopathie chronique obstructive.

Évaluation experte de la fonction respiratoire pour déterminer la capacité du patient à travailler.

Contre-indications à la spirométrie

Obstruction grave des voies respiratoires (VEMS inférieur à 1,2 l chez l’adulte).

Infarctus du myocarde, a souffert moins de 3 mois.

AVC ischémique ou hémorragique, subi depuis moins de 3 mois.

Anévrisme de l'aorte ou des artères.

La condition après avoir subi une infection des voies respiratoires supérieures il y a moins de 2 semaines.

Préparation à l'étude

L'étude est conduite à jeun ou 2 heures après un repas.

On demande au patient de ne pas fumer 24 heures avant la spirographie, de ne pas boire d'alcool.

30 minutes avant l'étude, il est nécessaire d'exclure les exercices physiques actifs, assis dans une atmosphère calme.

Les vêtements sur le sujet doivent être confortables et amples pour ne pas gêner les mouvements de la poitrine.

Annulez les bronchodilatateurs à courte durée d'action 4 heures avant l'étude après avoir consulté votre médecin.

Si le patient utilise un inhalateur, vous devriez le prendre avec vous.

Ayez un mouchoir avec vous.

La méthodologie

Le patient est assis directement dans la chaise, les bras sont situés sur les accoudoirs. L'étude est réalisée à l'aide d'un spiromètre, conçu pour effectuer à la fois la spirographie et la pneumotachométrie. Un embout buccal jetable pour chaque patient est placé sur le spiromètre et un pince-nez est placé sur le nez du patient.

Après plusieurs cycles de respiration silencieux (inspiration-expiration), le patient effectue une inhalation forcée et immédiatement, sans retenir la respiration, une expiration forcée.

En cas de toux, l’étude est suspendue et poursuivie au bout de quelques minutes.

L'apparition d'une hémoptysie ou d'une douleur thoracique nécessite l'arrêt de la pneumotachométrie.

La procédure est répétée plusieurs fois pour obtenir plusieurs résultats. Ensuite, le médecin évalue l’image graphique, les indicateurs obtenus et formule la conclusion.

Interprétation des résultats

Lorsque la pneumotachométrie a estimé les paramètres suivants.

Capacité vitale forcée des poumons (CVF): 70 - 80%.

Volume expiratoire maximal en première seconde (VEMS): au moins 70% de CVF.

Indice Tiffno: pas moins de 70-75%.

Débit d'air maximal au niveau d'expiration de 25% de CVF (MOS25): pas moins de 60%.

Débit d'air maximal au niveau d'expiration de 50% de CVF (MOS50): pas moins de 60%.

La vitesse volumétrique maximale de l'air au niveau de l'expiration de 75% de CVF (MOS75): au moins 60%.

Le taux volumétrique moyen d’expiration forcée, calculé dans l’intervalle de mesure de 25 à 75% de CVF (COC25-75).

RETOUR - débit expiratoire maximal de pointe: 0,5 - 15 l / s.

Avec l'apparition et la progression de la maladie pulmonaire obstructive chronique, il y a une diminution progressive des paramètres de taux de volume. Premièrement, les petites bronches (distales) sont affectées, ce qui se traduit par une diminution de MOC50, MOS75 et SOS25-75.

Une diminution du MOC25 indique une progression de l’obstruction et des lésions des voies respiratoires proximales.

L’obstruction progressive des bronches montre une diminution du VEMS et de la CVF.

En cas d'obstruction bronchique grave, le CV diminue également.

Choisissez vos symptômes d'inquiétude, répondez aux questions. Découvrez la gravité de votre problème et si vous avez besoin de consulter un médecin.

Avant d'utiliser les informations fournies par le site medportal.org, veuillez lire les termes du contrat d'utilisation.

Accord d'utilisateur

Le site medportal.org fournit des services soumis aux conditions décrites dans ce document. En commençant à utiliser le site Web, vous confirmez que vous avez lu les termes du présent contrat d'utilisation avant d'utiliser le site et acceptez tous les termes du présent contrat. Veuillez ne pas utiliser le site si vous n'acceptez pas ces conditions.

Description du service

Toutes les informations affichées sur le site sont fournies à titre indicatif uniquement; les informations provenant de sources ouvertes constituent une référence et ne constituent pas une publicité. Le site medportal.org fournit des services permettant à l'utilisateur de rechercher des médicaments dans les données obtenues des pharmacies dans le cadre d'un accord entre les pharmacies et medportal.org. Pour faciliter l'utilisation des données du site sur les médicaments, les compléments alimentaires sont systématisés et mis sous une seule orthographe.

Le site medportal.org fournit des services qui permettent à l'utilisateur de rechercher des cliniques et autres informations médicales.

Disclaimer

Les informations placées dans les résultats de la recherche ne constituent pas une offre publique. L'administration du site medportal.org ne garantit pas l'exactitude, la complétude et / ou la pertinence des données affichées. Administration du site medportal.org n'est pas responsable des dommages ou préjudices que vous pourriez avoir causés d'un accès ou l'impossibilité d'accéder au site ou de l'utilisation ou de l'impossibilité d'utiliser ce site.

En acceptant les termes de cet accord, vous comprenez et acceptez pleinement que:

L'information sur le site est pour la référence seulement.

L'administration du site medportal.org ne garantit pas l'absence d'erreurs et de divergences concernant ce qui est déclaré sur le site, ni la disponibilité réelle des produits et des prix des produits en pharmacie.

L'utilisateur s'engage à clarifier les informations qui l'intéressent par un appel téléphonique à la pharmacie ou à utiliser les informations fournies à sa discrétion.

L'administration du site medportal.org ne garantit pas l'absence d'erreurs et de divergences concernant l'horaire de travail des cliniques, leurs coordonnées - numéros de téléphone et adresses.

Ni l'Administration de medportal.org, ni aucune autre partie impliquée dans le processus de fourniture d'informations, ne peut être tenue responsable des dommages ou préjudices que vous pourriez avoir causés du fait que vous avez pleinement exploité les informations contenues sur ce site.

L'administration du site medportal.org s'engage et s'engage à déployer des efforts supplémentaires pour minimiser les divergences et les erreurs dans les informations fournies.

L'administration du site medportal.org ne garantit pas l'absence d'échecs techniques, y compris en ce qui concerne le fonctionnement du logiciel. L'administration du site medportal.org s'engage dans les meilleurs délais à tout mettre en œuvre pour éliminer les défaillances et les erreurs éventuelles.

L'utilisateur est averti que l'administration du site medportal.org n'est pas responsable de la visite et de l'utilisation de ressources externes, dont les liens peuvent être contenus sur le site, n'approuvent pas leur contenu et ne sont pas responsables de leur disponibilité.

L'administration du site medportal.org se réserve le droit de suspendre le site, de modifier partiellement ou totalement son contenu, de modifier le contrat d'utilisation. Ces modifications sont effectuées uniquement à la discrétion de l'Administration, sans notification préalable à l'utilisateur.

Vous reconnaissez que vous avez lu les termes de cet accord d'utilisateur et acceptez tous les termes de cet accord dans leur intégralité.

Les informations publicitaires sur lesquelles l'emplacement sur le site a un accord correspondant avec l'annonceur sont marquées "en tant que publicité".

http://medportal.org/analyzes/pnevmotahometriya.html

Quelle est la pneumotachométrie, l'interprétation des résultats

La pneumotachométrie est une méthode de diagnostic fonctionnel à la fois simple et informative. Il est conduit pour évaluer l'état fonctionnel du système respiratoire, ce qui permet de déterminer le degré de modifications pathologiques.

L'essence de la méthode de recherche

Le principe de base de cette étude fonctionnelle est de mesurer la vitesse à laquelle l'air traverse les voies respiratoires lors d'une inspiration et d'une expiration. La mesure est effectuée à l'aide d'un pneumotachomètre muni d'un tube spécial avec embout buccal remplaçable à usage unique, à travers lequel l'inhalation ou l'expiration maximale est effectuée plusieurs fois.

Indications d'utilisation

La principale indication médicale en pneumotachométrie est l'évaluation de l'état fonctionnel, à savoir la perméabilité des voies respiratoires. Cette étude permet de diagnostiquer une pathologie, accompagnée de la détérioration du passage de l'air à travers les bronches de différents calibres, elle comprend:

  • L'asthme bronchique est une lésion inflammatoire spécifique des bronches, d'origine allergique. Elle s'accompagne de poussées périodiques d'essoufflement, de toux accompagnées d'un écoulement d'expectorations visqueuses. Le mécanisme du développement du processus pathologique est associé à un rétrécissement de la lumière des bronches (bronchospasme) provoqué par une augmentation du tonus des muscles lisses de leurs parois dans le contexte d’une réaction allergique, ce qui provoque le contact du corps avec l’allergène (composés étrangers, souvent de nature protéique).
  • La bronchite atopique est également une lésion allergique des poumons, accompagnée d'une évolution plus modérée avec développement d'un bronchospasme et d'une inflammation des bronches de tailles diverses.
  • La pathologie pulmonaire obstructive chronique est une inflammation prolongée de l’arbre bronchique, qui peut être causée par divers facteurs provocateurs (infections, inhalation systématique de poussières ou de vapeurs de divers composés chimiques, tabagisme) et s’accompagnant d’une détérioration de la perméabilité bronchique.
  • La pneumosclérose est une lésion pulmonaire grave caractérisée par le remplacement du tissu pulmonaire par du tissu conjonctif. Elle contracte les bronches, ce qui rétrécit leur lumière. Cet état pathologique est le résultat d'un long parcours de diverses pathologies des organes du système respiratoire, ainsi que de la poussière.

Réaliser une pneumotachométrie pour ces maladies permet au médecin d'évaluer l'état fonctionnel des structures du système respiratoire et de sélectionner le traitement le plus optimal.

Contre-indications à

Il existe plusieurs conditions pathologiques et physiologiques du patient pour lesquelles la pneumotachométrie est exclue, à savoir:

  • Transféré récemment (il y a au moins 3 mois) accident vasculaire cérébral hémorragique ou ischémique.
  • Hypertension artérielle (pression artérielle systémique élevée), qui accompagne souvent l'hypertension.
  • Infarctus du myocarde transféré (mort du muscle cardiaque).
  • Anévrisme des artères cérébrales, ainsi que de l'aorte thoracique.
  • Processus infectieux aigu dans les organes du système respiratoire.
  • Insuffisance respiratoire, accompagnée d'une diminution prononcée de l'activité fonctionnelle.
  • Épilepsie (développement pathologique des crises épileptiques).
  • Grossesse à tout moment.

Avant la nomination de pneumotachométrie, le médecin doit s'assurer qu'il n'y a aucune contre-indication pour le patient.

Où et comment se fait la pneumotachométrie?

La pneumotachométrie est effectuée dans le bureau des procédures d'un établissement médical. Le patient est situé sur le canapé. Le médecin lui donne un tube de pneumotachographe avec un embout buccal stérile et une pince spéciale sur son nez. Après cela, il prend plusieurs respirations silencieuses et expire dans le tube, puis inspire et exhale l'air autant de fois que possible (généralement 2 fois), et le médecin enregistre alors les lectures du pneumotachographe.

Préparation à l'étude

Pour obtenir les résultats les plus fiables de la pneumotachométrie, le patient doit observer quelques recommandations préparatoires simples, notamment:

  • Cesser de fumer et de boire la veille de l'étude.
  • L'abolition de certains médicaments, en particulier du groupe pharmacologique des bronchodilatateurs (médicaments qui améliorent les voies respiratoires) pendant 4 heures.
  • Les vêtements ne doivent pas entraver les mouvements respiratoires.
  • Non recommandé le jour de la pneumotachométrie exposée à un stress émotionnel ou physique accru.
  • L'étude doit être réalisée à jeun ou au plus tôt 2 heures après un repas. Il a généralement lieu le matin, le patient ne prend pas de petit-déjeuner.

Le médecin donne des recommandations plus détaillées lors de la réception. Il est également nécessaire de mesurer des paramètres anthropométriques (taille, poids corporel, volume thoracique), qui permettront à un spécialiste de déterminer correctement l’état des structures du système respiratoire.

Résultats de décodage

Sur la base de la mesure du taux de passage de l'air au cours d'une inspiration et d'une expiration intenses, le médecin génère plusieurs indicateurs de l'état fonctionnel du système respiratoire, notamment:

  • Indice Tiffno - calculé sur la base du taux de passage de l'air à l'expiration, est normalement de 70%.
  • Vitesse maximale - le débit normal est de 0,5 à 1,5 l / s.
  • La vitesse maximale de l'air lors de l'inspiration et de l'expiration ne doit pas être inférieure à 70% de la capacité pulmonaire (calculée lors de la spirographie).
  • Le taux expiratoire est un indicateur normal allant de 4 à 8 l / s et dépend du sexe et de l'âge du patient.

En cas de violation de la perméabilité des voies respiratoires, tous les indicateurs diminuent et leur réduction dépend directement de la gravité de la détérioration du passage de l'air dans les bronches.

Pour déterminer plus précisément le degré et la nature de l’atteinte fonctionnelle dans le système pulmonaire, le médecin doit prescrire d’autres méthodes de diagnostic fonctionnel.

http://prof-med.info/funktsionalnye-issledovaniya/165-pnevmotakhometriya

La pneumotachométrie c'est quoi

Pneumotachométrie

La pneumotachométrie est une étude de la perméabilité des voies respiratoires supérieures et bronchiques destinée au diagnostic de l'asthme bronchique et de l'obstruction bronchique.

Caractéristiques de la procédure

La pneumotachométrie est effectuée à l'aide d'un pneumotachomètre (spiromètre), à ​​travers lequel le patient doit prendre quelques respirations et exhalations avec un effort maximal. Il aide à calculer la vitesse de l'air la plus élevée et à évaluer la perméabilité des voies respiratoires. La procédure est par nature très proche d’un spirogramme d’expiration forcée.

L'évaluation de l'expiration forcée revêt une grande importance dans la pratique médicale, car elle fournit des données complètes pour le diagnostic différentiel de l'obstruction bronchique.

  1. Le patient est assis sur une chaise et pose ses mains sur les accoudoirs.
  2. Un embout buccal jetable est placé sur le pneumotachomètre et un pince-nez est placé sur le nez du patient.
  3. Ensuite, le patient prend plusieurs respirations et exhalaisons silencieuses, après quoi il effectue une inspiration et une expiration forcées (sans retenir son souffle). Et puis ces manipulations sont répétées plusieurs fois.

Si une toux survient pendant la pneumotachométrie, le test est interrompu pendant quelques minutes. L'apparition d'une douleur thoracique ou d'une hémoptysie nécessite l'interruption immédiate de la procédure.

À la fin de l'examen, le médecin analyse les indicateurs et formule la conclusion.

Les principaux indicateurs de pneumotachométrie sont:

  • FZHEL (capacité vitale forcée des poumons).
  • Indice de Tiffno.
  • POSYD (débit expiratoire maximal de pointe).
  • MOS 25, 50, 75 (débit d'air maximal à l'expiration de 25, 50 et 75% de la CVF).
  • SOS 25-75 (débit expiratoire moyen).

En règle générale, les taux de croissance sont influencés par la croissance, l’âge et le développement physique.

Une fois nommé

Les principales indications pour la nomination de pneumotachométrie sont:

  • Observation de patients atteints de maladies du système respiratoire.
  • Diagnostic de pathologies présentant des symptômes caractéristiques (essoufflement, toux prolongée).
  • Surveillance du traitement chez un patient souffrant de BPCO (maladie pulmonaire obstructive chronique) et d’asthme bronchique.
  • Préparation des patients atteints de maladies broncho-pulmonaires à des interventions chirurgicales.
  • Détermination de la capacité du patient à travailler.

Contre-indications

Les principales contre-indications à la spirométrie sont:

  • L'épilepsie.
  • Anévrisme de l'aorte ou d'autres artères.
  • Crise hypertensive.
  • Infarctus du myocarde récemment déplacé par le patient.
  • AVC hémorragique ou ischémique, il y a moins de trois mois.
  • Obstruction grave des voies respiratoires.
  • Maladie infectieuse des voies respiratoires supérieures, contractée il y a moins de deux semaines.
  • La grossesse

Comment se préparer

La veille de l'étude, le patient doit arrêter de fumer et de boire de l'alcool. Quatre heures avant la procédure (après consultation du médecin), le patient doit annuler la prise de bronchodilatateurs à courte durée d'action. Si le patient utilise un inhalateur, il est conseillé de le prendre avec vous. Une demi-heure avant la pneumotachométrie, il est nécessaire d'exclure tout exercice physique actif et de s'asseoir dans une atmosphère calme.

La pneumotachométrie est effectuée à jeun ou deux heures après un repas. Le patient devrait avoir un mouchoir.

La pneumotachométrie est une méthode simple et efficace pour étudier les poumons.

La pneumotachométrie est nécessaire dans certaines maladies associées aux bronches et aux voies respiratoires. À l'aide de cette procédure, la perméabilité des organes est mesurée, la vitesse et les volumes d'air sont déterminés pendant l'expiration et l'inhalation. Quand une étude est-elle recommandée et comment est-elle réalisée?

Quand avez-vous besoin d'une pneumotachométrie?

La pneumotachométrie est recommandée pour les personnes souffrant de maladies des bronches et des voies respiratoires supérieures, en particulier si elles sont chroniques. C'est grâce à cette méthode que plusieurs pathologies peuvent être diagnostiquées aux stades les plus précoces.

Pour l’étude, un pneumotachomètre (spiromètre) a été utilisé. À travers lui, le patient prend plusieurs respirations et l'appareil fixe le niveau de perméabilité bronchique et la vitesse maximale de l'air.

L'avis médical final dépend de:

  • vitesse maximale de l'air
  • débit expiratoire moyen
  • débit expiratoire de pointe
  • Indice de Tiffno
  • capacité pulmonaire

Lors de l'analyse des indicateurs, les caractéristiques individuelles du corps du patient, de sa taille, de son âge et de son niveau de forme physique sont prises en compte.

Indications pour

À l'aide d'une pneumotachométrie régulière, les conditions sont surveillées et l'évolution de la maladie est évaluée. Cela est nécessaire avec un traitement actif et vous permet d'évaluer son efficacité.

Les indications non ambiguës incluent:

  • asthme bronchique,
  • pneumosclérose,
  • bronchite atopique,
  • pathologie obstructive chronique.

Avec ces pathologies, la pneumotachométrie est obligatoire et répétitive. Ce n'est qu'ainsi qu'un spécialiste peut évaluer l'état du système respiratoire et choisir le traitement approprié.

De plus, une spirographie peut être prescrite pour confirmer le diagnostic - une méthode de mesure du volume des poumons, prenant en compte les indicateurs de respiration forcée et naturelle. Au cours de la procédure, le patient doit inhaler de l'air atmosphérique ou de l'oxygène pur.

Comment se fait l'étude?

Pendant la procédure, le patient peut rester assis ou debout, le corps doit être très détendu. Un embout buccal spécial est placé sur l'appareil, un clip est placé sur le nez du patient: pendant le test, vous ne pouvez respirer que par la bouche.

Pour préparer l'acquisition des données, plusieurs expirations et respirations silencieuses sont effectuées. Sans retenir le souffle, des respirations forcées profondes et des expirations sont effectuées, elles sont répétées plusieurs fois. Sur l'échelle de pneumotachoing spécialiste analyse la vitesse d'expiration forcée.

Chez les hommes adultes, le taux d'expiration devrait être de 5 à 8 l / s, chez les femmes de -4 à 6 l / s. Selon la formule de Badalyan, le taux volumétrique est calculé. La capacité pulmonaire réelle est multipliée par 1,2%. Le résultat devrait être supérieur à 85%, sinon une violation de la perméabilité est diagnostiquée. En présence d'un trouble chronique, les indicateurs de vitesse sont nettement réduits.

Contre-indications

La pneumotachométrie est absolument indolore et ne cause aucun inconfort au sujet. Dans certains cas, il est recommandé de différer indéfiniment ou d'annuler la procédure. Ceux-ci comprennent:

  • anévrisme artériel
  • la grossesse
  • crise hypertensive,
  • l'épilepsie,
  • troubles graves des voies respiratoires.

En outre, l'étude devra être abandonnée si le patient a subi un accident vasculaire cérébral, un infarctus du myocarde ou une infection des voies respiratoires dans les trois mois précédant la date du pneumotachomètre.

Comment se préparer

Au cours de la journée précédant l’examen, le patient doit cesser complètement de fumer et de boire de l’alcool: tout ceci peut affecter négativement le résultat et le déformer. Si nécessaire, vous devez prendre un inhalateur avec vous. Si le patient prend des bronchodilatateurs à courte durée d'action, vous devez en informer le médecin à l'avance.

Les vêtements du patient doivent être libres, ne limitant pas les mouvements de la poitrine et ne appuyant pas sur la gorge. Doit être aussi calme que possible. Le résultat final de l'étude peut être influencé par la marche rapide, l'exercice ou même une excitation excessive.

Le dernier repas est autorisé deux heures avant l’étude, il est souhaitable de le dépenser à jeun. Avant la procédure, le spécialiste doit être informé de sa taille, de son âge et de son poids. Si l'étude est répétée, le patient devrait être dans la même position que celle où les données initiales ont été obtenues.

Qu'est-ce que la pneumotachométrie, comment est-elle réalisée et quels indicateurs sont à l'étude?

Si une maladie est suspectée, on propose aux patients de subir une procédure médicale donnée. La pneumotachométrie est une étude des voies respiratoires et des voies bronchiques, qui consiste à déterminer la vitesse du flux d'air lors d'une inspiration et d'une expiration.

IMPORTANT À SAVOIR! Nina, la diseuse de bonne aventure: «L'argent sera toujours en abondance, si vous le mettez sous l'oreiller. »Lire plus >>

Informations de base sur la pneumotachométrie

La recherche utilisant la pneumotachométrie permet à un stade précoce de détecter une altération de la perméabilité dans les bronches, petites et grandes, ainsi que de diagnostiquer un asthme bronchique. La procédure elle-même ressemble à un spirogramme d'expiration.

Pour la recherche, utilisez un appareil spécial appelé pneumotachomètre ou spiromètre. Le patient devra y faire avec un effort maximal deux respirations et des expirations. Le résultat vous permet de définir la vitesse maximale du mouvement de l'air, ainsi que la perméabilité des bronches.

En concluant, le médecin se concentre sur les indicateurs suivants:

  1. Indice Tiffno - un test qui permet d'identifier une violation de la perméabilité. Le taux optimal devrait être d'au moins 70%.
  2. La capacité vitale des poumons est le volume d'air qui entre dans les poumons à l'inhalation maximale et en sort à l'expiration maximale. Il est obtenu en faisant la somme du volume de réserve d’inhalation et d’expiration et du volume courant. Normalement, le VC est d'environ 3700 ml.
  3. Débit expiratoire de pointe, débit - 0,5-1,5 l / s.
  4. Le taux expiratoire moyen se situe entre 25 et 70% de la capacité vitale des poumons.
  5. Vitesse maximale de l'air (MOS - 25, 50, 70% de la capacité vitale des poumons).

Tous les indicateurs sont analysés en tenant compte des caractéristiques individuelles du patient: son âge, sa taille et sa forme physique. Les résultats obtenus sont d'une grande importance pour le diagnostic d'obstruction des voies respiratoires.

Réception et interprétation des données

La procédure d'obtention des données est la suivante:

  1. Le patient est assis confortablement dans le fauteuil, les mains jointes sur les accoudoirs.
  2. Un dispositif est en cours de préparation pour la recherche et un embout buccal est mis dessus. Le nez du patient est fermé avec un pince-nez.
  3. Après cela, le patient doit prendre quelques respirations calmes et expirer pour se préparer à l'étude. Puis il prend une inspiration forcée et expire la même chose, sans retenir son souffle.
  4. Ensuite, les respirations forcées et les exhalations sont répétées plusieurs fois.
  5. Le médecin analyse la vitesse d'expiration forcée sur une échelle qui correspond au diamètre du pneumotachomètre.

Les débits expiratoires normaux sont de 5 à 8 l / s pour les hommes et de 4 à 6 l / s pour les femmes. Pour les enfants de plus de 7 ans, des indicateurs spéciaux ont été développés, en fonction de l’âge de l’enfant. Chez les enfants de 7 à 9 ans, le taux normal de circulation de l'air au cours d'une expiration forcée est de 3,3 l / s chez les garçons et de 3,1 l / s chez les filles. Chez les enfants âgés de 10 à 12 ans, le taux atteint respectivement 3,7 et 3,8 l / s et les 13 à 14 ans - 4,3 et 4,8 l / s.

Après avoir déterminé le taux expiratoire à l'aide de la formule de Badalyan, le débit expiratoire approprié est calculé. Pour cela, la capacité pulmonaire réelle est multipliée par 1,2%. Si le résultat est inférieur à 85%, le médecin donne une conclusion sur la violation de la perméabilité.

L’émergence et le développement de troubles chroniques se traduisent par une diminution du taux de rapidité. Tout d'abord, les bronches distales, c'est-à-dire petites, commencent à se rétrécir, ce qui se traduit par une diminution de la vitesse volumétrique maximale de l'air dans la plage de 50, 75 et 25-75.

En cas d'obstruction bronchique, la capacité vitale des poumons est réduite.

Indications et contre-indications

Les indications de pneumotachométrie sont les maladies du système respiratoire. La procédure est nécessaire pour déterminer les pathologies accompagnées de certains symptômes: essoufflement ou longue toux.

La tachymétrie est nécessaire pour contrôler les patients atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ou d'asthme bronchique, en particulier pendant le traitement. La pneumotachométrie est une étude nécessaire pour déterminer l'aptitude d'une personne à travailler et se préparer à une intervention chirurgicale.

Les contre-indications à la procédure de nomination prennent en compte:

  • la grossesse
  • l'épilepsie,
  • a subi un accident vasculaire cérébral (hémorragique, ischémique) moins de trois mois avant l'étude,
  • moins de deux semaines reportées au tachymètre des infections respiratoires,
  • atteinte grave des voies respiratoires,
  • peu de temps avant la date de la procédure, le patient a subi un infarctus du myocarde,
  • crise hypertensive,
  • anévrisme de l'artère.

Au cours de la pneumotachométrie, une gêne peut survenir. Si la procédure provoque une toux, elle est interrompue pendant quelques instants et se répète après quelques minutes. Douleur thoracique, expectoration de sang servent de signaux pour l'arrêt immédiat de la tachymétrie.

Préparation à l'étude

Au moins un jour avant la procédure, le patient devra arrêter de fumer et de consommer des boissons alcoolisées, car elles pourraient avoir une incidence défavorable sur le résultat final. Si un bronchodilatateur à courte durée d'action est prescrit au patient, il convient d'en informer le médecin. En accord avec lui, 4 heures avant la pneumotachométrie, l'utilisation de ces médicaments peut être annulée. Si le patient est obligé d'utiliser périodiquement un inhalateur, vous pouvez l'emporter avec vous.

Quelques heures avant la procédure, il est recommandé de se calmer et de rester un peu dans une atmosphère détendue. Des exercices intenses, des efforts, même la marche à un rythme soutenu peuvent «tuer» votre respiration, ce qui conduira à des résultats inexacts.

Il est interdit de se présenter avec des vêtements serrés ou inconfortables car cela limiterait les mouvements de la poitrine.

Au moins 2 heures avant la pneumotachométrie, il est recommandé d'arrêter de manger, il est préférable de subir un examen à jeun. Avec un patient, vous devez avoir un mouchoir en papier ou en tissu.

La pneumotachométrie n'a pas de restrictions, elle peut être réalisée chez les enfants et les adultes. Mais pour obtenir des résultats précis, il est important de signaler les principaux indicateurs: poids, taille et âge. Selon ces données, le médecin sélectionnera les valeurs normales et, en fonction des écarts, révélera les violations.

La pneumotachométrie - de quoi s'agit-il et pour quoi?

La pneumotachométrie est un examen dans lequel les voies respiratoires sont mesurées.

Lors de l'exécution de la procédure à l'aide d'un appareil spécial est déterminé par la vitesse de passage de l'air pendant l'inspiration et l'expiration.

Indications et contre-indications pour

La pneumotachométrie est réalisée pour les maladies des bronches et des voies respiratoires supérieures. Il est plus couramment utilisé pour diagnostiquer les patients atteints de maladies chroniques.

Ces pathologies incluent:

  • Asthme bronchique,
  • Bronchite atopique,
  • Pneumosclérose,
  • Pathologie obstructive chronique.

Une pneumotachométrie régulière vous permet de déterminer l'évolution de la maladie et d'évaluer l'efficacité du traitement.

En outre, l'enquête est menée:

  • Chez les patients présentant un risque accru de maladie pulmonaire,
  • Avec hérédité lourde - chez les personnes dont les proches souffrent de maladies bronchopulmonaires et allergiques,
  • Les militaires et les athlètes pour évaluer l'activité fonctionnelle des poumons.

Dans certaines situations, la pneumotachométrie est contre-indiquée ou requiert de la prudence.

Ces cas incluent:

  • Hypertension artérielle
  • Insuffisance circulatoire sévère,
  • Accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique, il n’ya pas plus de trois mois,
  • Crise cardiaque précédemment transférée,
  • Anévrisme de l'aorte ou des artères du cerveau,
  • Obstruction grave des voies respiratoires,
  • Une diminution marquée de la fonction pulmonaire, entraînant une insuffisance respiratoire,
  • L’état général grave du patient, qui ne permet pas la pneumotachométrie,
  • Infection respiratoire aiguë,
  • L'épilepsie,
  • La grossesse

Préparation à la pneumotachométrie

Pour que les résultats de l'enquête soient aussi fiables que possible, il est intéressant de se soumettre à une préparation simple pour la pneumotachométrie.

Pour cela, vous avez besoin de:

  • Arrêtez de fumer et buvez de l'alcool un jour avant le test,
  • Arrêtez de prendre des médicaments qui affectent les fréquences respiratoires, en augmentant les voies respiratoires (tels que les bronchodilatateurs),
  • Évitez le stress physique et émotionnel le jour de l'enquête,
  • Portez des vêtements amples qui ne gênent pas la poitrine avant de passer la pneumotachométrie.

Il est recommandé que l’enquête ait lieu au plus tôt 2 heures après un repas. Si la procédure est effectuée le matin, vous devez vous abstenir de prendre votre petit-déjeuner.

La méthodologie

La pneumotachométrie est effectuée dans la salle de traitement à l'aide d'un appareil spécial - un pneumotachomètre.

Le patient peut être placé en position assise ou debout, une pince est placée sur son nez, grâce à quoi seule la respiration orale est possible. Un embout stérile est placé sur le tube du pneumotachomètre.

Le patient fait plusieurs respirations et exhalations dans un mode silencieux, puis il recueille le maximum d'air dans les poumons et l'exhale avec force, puis répète cette opération.

La pneumotachographie est facilement tolérée par les patients, mais dans certains cas, des complications peuvent survenir:

  • Assombrissement des yeux
  • Vertige
  • Évanouissement

À la base, cette technique de diagnostic s'apparente à un spirogramme d'expiration forcée.

Pour plus d'informations lors de la réalisation d'une pneumotachométrie, des tests de bronchodilatation peuvent être effectués. Dans ce cas, le patient prend des médicaments qui dilatent les bronches et les indicateurs obtenus par la suite sont comparés à ceux de base.

Les principaux avantages de la pneumotachométrie:

  • Cette méthode d’examen n’implique pas d’intervention dans le corps du patient, c’est-à-dire qu’elle n’est pas invasive,
  • Passage pneumotachométrie ne prend pas beaucoup de temps
  • La méthode est bien adaptée au dépistage de masse,
  • La pneumotachométrie est une méthode de diagnostic bien étudiée et éprouvée.
  • Il ne nécessite pas de préparation complexe pour l'examen.

Les inconvénients incluent le fait que la précision du diagnostic dépend fortement du respect de la procédure et des qualifications du médecin qui effectue l'examen et déchiffre les résultats.

Interprétation des résultats

L'étude évalue:

  • Capacité pulmonaire
  • Débit d'air maximal
  • Débit expiratoire de pointe
  • Débit expiratoire moyen
  • Indice de Tiffno.

La capacité vitale des poumons est la quantité maximale d'air pouvant pénétrer dans ceux-ci lors d'une inspiration ou d'une expiration. L’indice Tiffno permet d’évaluer la violation des voies respiratoires.

Obtenues lors de l'enquête, les données sont comparées à la norme. Un débit expiratoire maximal bas indique une détérioration du fonctionnement du système musculaire ou une diminution des voies respiratoires.

Une analyse plus détaillée des courbes de flux d’air permet d’établir s’il existe une violation de son passage dans les petites, moyennes et grandes bronches et dans la trachée. La pneumotachométrie vous permet d'identifier les violations du passage de l'air à travers les bronches à un stade précoce, lorsque la pathologie ne se manifeste toujours pas.

Les résultats obtenus au cours de l'enquête sont analysés en tenant compte de l'âge, de la taille, du poids, du niveau de forme physique et d'autres caractéristiques individuelles de l'organisme. Pour ce faire, le médecin mesure avant la procédure les paramètres anthropométriques du patient.

Toute personne à risque ou souffrant déjà de maladies respiratoires doit savoir ce qu'est la pneumotachométrie et comment s'y préparer. C’est un moyen simple de mener des recherches qui ne prennent pas beaucoup de temps et ne nécessitent pratiquement aucune préparation.

Cette technique de diagnostic peut être utilisée pour identifier les violations de la perméabilité des bronches, y compris à un stade précoce. Il permet d'évaluer la dynamique de l'évolution des maladies broncho-pulmonaires et l'efficacité du traitement prescrit.

http://allergolog.neboleite.com/informacija/pnevmotahometrija-chto-jeto-takoe/

Qu'est-ce que la pneumotachométrie, comment est-elle réalisée et quels indicateurs sont à l'étude?

Si une maladie est suspectée, on propose aux patients de subir une procédure médicale donnée. La pneumotachométrie est une étude des voies respiratoires et des voies bronchiques, qui consiste à déterminer la vitesse du flux d'air lors d'une inspiration et d'une expiration.

Informations de base sur la pneumotachométrie

La recherche utilisant la pneumotachométrie permet à un stade précoce de détecter une altération de la perméabilité dans les bronches, petites et grandes, ainsi que de diagnostiquer un asthme bronchique. La procédure elle-même ressemble à un spirogramme d'expiration.

Pour la recherche, utilisez un appareil spécial appelé pneumotachomètre ou spiromètre. Le patient devra y faire avec un effort maximal deux respirations et des expirations. Le résultat vous permet de définir la vitesse maximale du mouvement de l'air, ainsi que la perméabilité des bronches.

En concluant, le médecin se concentre sur les indicateurs suivants:

  1. Indice Tiffno - un test qui permet d'identifier une violation de la perméabilité. Le taux optimal devrait être d'au moins 70%.
  2. La capacité vitale des poumons est le volume d'air qui entre dans les poumons à l'inhalation maximale et en sort à l'expiration maximale. Il est obtenu en faisant la somme du volume de réserve d’inhalation et d’expiration et du volume courant. Normalement, le VC est d'environ 3700 ml.
  3. Débit expiratoire de pointe, débit - 0,5-1,5 l / s.
  4. Le taux expiratoire moyen se situe entre 25 et 70% de la capacité vitale des poumons.
  5. Vitesse maximale de l'air (MOS - 25, 50, 70% de la capacité vitale des poumons).

Tous les indicateurs sont analysés en tenant compte des caractéristiques individuelles du patient: son âge, sa taille et sa forme physique. Les résultats obtenus sont d'une grande importance pour le diagnostic d'obstruction des voies respiratoires.

Réception et interprétation des données

La procédure d'obtention des données est la suivante:

  1. Le patient est assis confortablement dans le fauteuil, les mains jointes sur les accoudoirs.
  2. Un dispositif est en cours de préparation pour la recherche et un embout buccal est mis dessus. Le nez du patient est fermé avec un pince-nez.
  3. Après cela, le patient doit prendre quelques respirations calmes et expirer pour se préparer à l'étude. Puis il prend une inspiration forcée et expire la même chose, sans retenir son souffle.
  4. Ensuite, les respirations forcées et les exhalations sont répétées plusieurs fois.
  5. Le médecin analyse la vitesse d'expiration forcée sur une échelle qui correspond au diamètre du pneumotachomètre.

Les débits expiratoires normaux sont de 5 à 8 l / s pour les hommes et de 4 à 6 l / s pour les femmes. Pour les enfants de plus de 7 ans, des indicateurs spéciaux ont été développés, en fonction de l’âge de l’enfant. Chez les enfants de 7 à 9 ans, le taux normal de circulation de l'air au cours d'une expiration forcée est de 3,3 l / s chez les garçons et de 3,1 l / s chez les filles. Chez les enfants âgés de 10 à 12 ans, le taux atteint respectivement 3,7 et 3,8 l / s et les 13 à 14 ans - 4,3 et 4,8 l / s.

Après avoir déterminé le taux expiratoire à l'aide de la formule de Badalyan, le débit expiratoire approprié est calculé. Pour cela, la capacité pulmonaire réelle est multipliée par 1,2%. Si le résultat est inférieur à 85%, le médecin donne une conclusion sur la violation de la perméabilité.

L’émergence et le développement de troubles chroniques se traduisent par une diminution du taux de rapidité. Tout d'abord, les bronches distales, c'est-à-dire petites, commencent à se rétrécir, ce qui se traduit par une diminution de la vitesse volumétrique maximale de l'air dans la plage de 50, 75 et 25-75.

En cas d'obstruction bronchique, la capacité vitale des poumons est réduite.

Indications et contre-indications

Les indications de pneumotachométrie sont les maladies du système respiratoire. La procédure est nécessaire pour déterminer les pathologies accompagnées de certains symptômes: essoufflement ou longue toux.

La tachymétrie est nécessaire pour contrôler les patients atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ou d'asthme bronchique, en particulier pendant le traitement. La pneumotachométrie est une étude nécessaire pour déterminer l'aptitude d'une personne à travailler et se préparer à une intervention chirurgicale.

Les contre-indications à la procédure de nomination prennent en compte:

  • la grossesse
  • l'épilepsie;
  • a subi un accident vasculaire cérébral (hémorragique, ischémique) moins de trois mois avant l'étude;
  • transféré en moins de deux semaines au tachymètre des infections des voies respiratoires;
  • atteinte grave des voies respiratoires;
  • si peu de temps avant la date de la procédure, le patient a subi un infarctus du myocarde;
  • crise hypertensive;
  • anévrisme de l'artère.

Au cours de la pneumotachométrie, une gêne peut survenir. Si la procédure provoque une toux, elle est interrompue pendant quelques instants et se répète après quelques minutes. Douleur thoracique, expectoration de sang servent de signaux pour l'arrêt immédiat de la tachymétrie.

Préparation à l'étude

Au moins un jour avant la procédure, le patient devra arrêter de fumer et de consommer des boissons alcoolisées, car elles pourraient avoir une incidence défavorable sur le résultat final. Si un bronchodilatateur à courte durée d'action est prescrit au patient, il convient d'en informer le médecin. En accord avec lui, 4 heures avant la pneumotachométrie, l'utilisation de ces médicaments peut être annulée. Si le patient est obligé d'utiliser périodiquement un inhalateur, vous pouvez l'emporter avec vous.

Quelques heures avant la procédure, il est recommandé de se calmer et de rester un peu dans une atmosphère détendue. Des exercices intenses, des efforts, même la marche à un rythme soutenu peuvent «tuer» votre respiration, ce qui conduira à des résultats inexacts.

Il est interdit de se présenter avec des vêtements serrés ou inconfortables car cela limiterait les mouvements de la poitrine.

Au moins 2 heures avant la pneumotachométrie, il est recommandé d'arrêter de manger, il est préférable de subir un examen à jeun. Avec un patient, vous devez avoir un mouchoir en papier ou en tissu.

La pneumotachométrie n'a pas de restrictions, elle peut être réalisée chez les enfants et les adultes. Mais pour obtenir des résultats précis, il est important de signaler les principaux indicateurs: poids, taille et âge. Selon ces données, le médecin sélectionnera les valeurs normales et, en fonction des écarts, révélera les violations.

http://pneumonija.com/diagnostics/pnevmotaxometriya-eto.html

27. Spirographie, volumes pulmonaires de base. Pneumotachométrie, pneumotachographie.

La spirographie est une méthode d’enregistrement graphique des modifications du volume pulmonaire lors de mouvements respiratoires naturels et de manœuvres respiratoires volontaires forcées. La spirographie fournit un certain nombre d'indicateurs décrivant la ventilation des poumons. Tout d'abord, il s'agit de volumes et de capacités statiques qui caractérisent les propriétés élastiques des poumons et de la paroi thoracique, ainsi que des indicateurs dynamiques qui déterminent la quantité d'air ventilée par les voies respiratoires lors d'une inspiration et d'une expiration par unité de temps. Les indicateurs sont déterminés dans le mode de respiration calme et dans certains cas lors de manœuvres respiratoires forcées.

Dans la mise en œuvre technique, tous les spirographes sont divisés en dispositifs de type ouvert et fermé, dans lesquels le patient inspire de l'air atmosphérique à travers une boîte à valves et l'air expiré entre dans le sac de Douglas ou dans le spiromètre de Tiso (capacité 100-200 l), parfois jusqu'à un compteur à gaz, qui détermine en permanence son volume. L'air ainsi recueilli est analysé: il détermine l'ampleur de l'absorption d'oxygène et du dégagement de dioxyde de carbone par unité de temps. L’appareil de type fermé utilise l’air de la cloche de l’appareil, qui circule dans un circuit fermé sans communication avec l’atmosphère. Le dioxyde de carbone expiré est absorbé par un absorbeur spécial.

Les indications pour la spirographie sont les suivantes:

1. Détermination du type et du degré d'insuffisance pulmonaire.

2. Surveillance des indices de ventilation pulmonaire afin de déterminer le degré et la vitesse de progression de la maladie.

3. Évaluation de l'efficacité d'un traitement de maladies avec obstruction bronchique bronchodilatateurs β2 agonistes action courte et prolongée, anticholinergiques), GCS inhalé et médicaments stabilisant la membrane.

4. Effectuer un diagnostic différentiel entre pulmonaire et l'insuffisance cardiaque en combinaison avec d'autres méthodes de recherche.

5. Identification des premiers signes de défaillance de la ventilation chez les personnes exposées au risque de maladies pulmonaires ou chez les personnes travaillant sous l'influence de facteurs de production nocifs.

6. Examen des compétences sanitaires et militaires sur la base d'une évaluation de la fonction de la ventilation pulmonaire associée à des indicateurs cliniques.

7. Effectuer des tests de bronchodilatation afin d'identifier la réversibilité obstruction bronchique, ainsi que des tests d'inhalation provocateurs pour détecter l'hyperréactivité bronchique.

Fig. 1. Représentation schématique du spirographe

Malgré une utilisation clinique répandue, la spirographie est contre-indiquée dans les maladies et états pathologiques suivants:

état général grave du patient, ne donnant pas la possibilité de mener une étude;

angine progressive, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral aigu;

hypertension artérielle maligne, crise hypertensive;

toxicose de la grossesse, la seconde moitié de la grossesse;

insuffisance circulatoire stade III;

lourd insuffisance pulmonaire, ne permettant pas d'effectuer des manœuvres respiratoires.

Technique de spirographie. L'étude a été menée le matin à jeun. Avant l'examen, il est conseillé au patient de rester calme pendant 30 minutes et également de cesser de prendre des bronchodilatateurs au plus tard 12 heures avant le début de l'étude. La courbe spirographique et les indices de ventilation pulmonaire sont illustrés à la fig. 2. Les indicateurs statiques sont déterminés lors d'une respiration calme. Mesurez le volume respiratoire (DO) - le volume moyen d'air que le patient inspire et exhale pendant la respiration normale en état de repos. Normalement, il est 500-800 ml. La partie du TO qui participe à l'échange de gaz s'appelle le volume alvéolaire (AO) et correspond en moyenne à 2/3 de la valeur du TO. Le reste (1/3 des valeurs TO) est le volume de l'espace mort fonctionnel (FMP). Après une expiration silencieuse, le patient exhale aussi profondément que possible - le volume de réserve de l'expiration est mesuré, ce qui équivaut normalement à 10000 ml. Après une respiration tranquille, une respiration profonde est prise autant que possible - le volume de respiration de réserve est mesuré (ROvd). Lors de l'analyse d'indicateurs statiques, la capacité inspiratoire (Evd) est calculée - la somme de DU et ROvd, qui caractérise la capacité du tissu pulmonaire à s'étirer, ainsi que la capacité vitale des poumons (VC) - le volume maximal pouvant être inhalé après l'expiration profonde maximale dans la plage normale de 3000 à 5000 ml). Après la respiration silencieuse habituelle, une manœuvre de respiration est effectuée: la respiration la plus profonde est respirée aussi profondément que possible, puis l'expiration la plus profonde, la plus vive et la plus longue (pas moins de 6 s) est effectuée. Cela détermine la capacité vitale forcée des poumons (CVF) - le volume d'air qui peut être expiré lors d'une expiration forcée après l'inhalation maximale (normalement 70 à 80% du CV). La dernière étape de l’étude consiste à enregistrer la ventilation maximale des poumons (MVL) - la quantité maximale d’air pouvant être ventilée par les poumons pendant une minute. MVL décrit la capacité fonctionnelle de l’appareil respiratoire externe et se situe normalement entre 50 et 180 litres. Une diminution de la MVL est observée avec une diminution des volumes pulmonaires due à des troubles de ventilation pulmonaire restrictifs (restrictifs) et obstructifs.

Fig. 2. Courbe spirographique et indices de ventilation pulmonaire

Lors de l'analyse de la courbe spirographique obtenue lors d'une manœuvre à expiration forcée, certains indicateurs de vitesse sont mesurés (Fig. 3): 1) volume expiratoire maximal à la première seconde (VEMS) - volume d'air expiré pendant la première seconde à l'expiration la plus rapide possible; il est mesuré en ml et calculé en pourcentage de CVF; les personnes en bonne santé exhalent au moins 70% de CVF dans la première seconde; 2) échantillon ou indice de Tiffno - le rapport VEMS (ml) / VC (ml), multiplié par 100%; la normale est d'au moins 70-75%; 3) le débit d'air maximal au niveau d'expiration de 75% de CVF (MOS75) restant dans les poumons; 4) le débit d'air maximal au niveau expiratoire de 50% de CVF (MOC50) restant dans les poumons; 5) le débit d'air maximal au niveau d'expiration de 25% de CVF (MOS25) restant dans les poumons; 6) vitesse volumique moyenne expiratoire forcée calculée dans l'intervalle de mesure de 25 à 75% de CVF (COC25-75).

Fig. 3. Courbe spirographique obtenue dans une manœuvre à expiration forcée. Calcul des indicateurs VEMS et SOS25-75

Le calcul des indicateurs de vitesse est d’une grande importance pour identifier les signes d’obstruction bronchique. Une diminution de l'indice de Tiffno et du VEMS est un symptôme caractéristique de maladies accompagnées d'une diminution de la perméabilité bronchique - asthme bronchique, maladie pulmonaire obstructive chronique, bronchiectasie etc. Les indicateurs MES ont la plus grande valeur dans le diagnostic des manifestations initiales de l'obstruction bronchique. SOS25-75 affiche l'état des petites bronches et des bronchioles. Ce dernier indicateur est plus informatif que le FEV1, permettant d’identifier rapidement troubles obstructifs.

Tous les taux de ventilation pulmonaire sont variables. Ils dépendent du sexe, de l’âge, du poids, de la taille, de la position du corps, de l’état du système nerveux du patient et d’autres facteurs. Par conséquent, pour évaluer correctement l'état fonctionnel de la ventilation pulmonaire, la valeur absolue de l'un ou l'autre indicateur est insuffisante. Il est nécessaire de comparer les indicateurs absolus obtenus avec les valeurs correspondantes chez une personne en bonne santé du même âge, de la même taille, du même poids et du même sexe, appelés indicateurs «dus». Une telle comparaison est exprimée en pourcentage par rapport à l'indicateur approprié. Pathologiques sont considérés comme des déviations supérieures à 15-20% de la valeur d’un indicateur approprié.

SPYROGRAPHIE AVEC ENREGISTREMENT DE BOUCLE «FLOW-VOLUME»

La spirographie avec enregistrement d'une boucle «débit-volume» est une méthode moderne d'étude de la ventilation pulmonaire. Elle consiste à déterminer la vitesse d'écoulement volumétrique des voies d'inhalation et son affichage graphique sous la forme d'une boucle «débit-volume» lors de la respiration silencieuse d'un patient et lors de certaines manœuvres de respiration.. À l'étranger, cette méthode s'appelle la spirométrie. Le but de l’étude est de diagnostiquer le type et l’ampleur des troubles de la ventilation pulmonaire en analysant les modifications quantitatives et qualitatives des indices spirographiques.

Les indications et contre-indications à l'utilisation de la sprirométrie sont similaires à celles de la spirographie classique.

Méthodologie L'étude est menée le matin, quel que soit le repas. Il est demandé au patient de fermer les deux voies nasales avec une pince spéciale, de prendre un embout buccal stérilisé dans la bouche et de le serrer étroitement avec vos lèvres. Le patient en position assise respire par le tube selon un circuit ouvert, pratiquement sans tester la résistance à la respiration.La procédure pour effectuer des manœuvres de respiration avec enregistrement de la courbe débit-volume de la respiration forcée est identique à celle réalisée lors de l’enregistrement de la CVF lors d’une spirographie classique. Il convient d’expliquer au patient que, dans l’échantillon avec respiration forcée, expirer dans l’appareil comme si les bougies du gâteau de fête devaient être éteintes. Après une période de respiration calme, le patient prend les respirations les plus profondes, à la suite de quoi une courbe elliptique est enregistrée (courbe AEB). Ensuite, le patient effectue l'expiration forcée la plus rapide et la plus intense. Dans ce cas, une courbe caractéristique est enregistrée, qui ressemble à un triangle chez les personnes en bonne santé (Fig. 4).

Fig. 4. Boucle normale (courbe) du rapport entre le débit volumétrique et le volume d'air lors des manœuvres de respiration. L'inhalation commence au point A, l'expiration au point B. POSYD est enregistré au point C. Le débit expiratoire maximal au milieu de la CVF correspond au point D, le débit inspiratoire maximal correspond au point E.

Le débit volumique maximal d'air expiratoire est affiché par la partie initiale de la courbe (point C, où le débit expiratoire de pointe est enregistré - MOINS) - Ensuite, le débit volumique diminue (point D, où MOQ50 est enregistré) et la courbe revient à sa position initiale (point A). Dans le même temps, la courbe «débit-volume» décrit la relation entre la vitesse volumique du flux d'air et le volume pulmonaire (capacité pulmonaire) au cours des mouvements respiratoires. Les vitesses de données et les volumes de flux d'air sont traités par un ordinateur personnel grâce à un logiciel adapté. La courbe débit-volume est affichée sur l'écran du moniteur et peut être imprimée sur du papier, stockée sur un support magnétique ou dans la mémoire d'un ordinateur personnel. Les appareils modernes fonctionnent avec des capteurs spirographiques dans un système ouvert avec l'intégration ultérieure du signal de flux d'air pour obtenir des valeurs synchrones des volumes pulmonaires. Les résultats de recherche générés par ordinateur sont imprimés avec la courbe débit-volume sur le papier, en valeur absolue et en pourcentage des valeurs appropriées. Dans ce cas, le FVC (volume d'air) est déposé sur l'axe des abscisses et le débit d'air mesuré en litres par seconde (l / s) est tracé sur l'axe des ordonnées.

Fig. 5. Courbe "débit-volume" de respiration forcée et indicateurs de ventilation pulmonaire chez une personne en bonne santé

Fig. 6 Spirogramme de CVF et la courbe d'expiration forcée correspondante dans les coordonnées débit-volume: V - axe du volume; V '- axe d'écoulement

La boucle débit-volume est la première dérivée du spirogramme classique. Bien que la courbe débit-volume contienne fondamentalement les mêmes informations que le spirogramme classique, la visibilité de la relation entre débit et volume permet une pénétration plus profonde dans les caractéristiques fonctionnelles des voies respiratoires supérieures et inférieures (Fig. 6). Le calcul des indicateurs très informatifs MOS25, MOS50, MOS75 selon le spirogramme classique présente un certain nombre de difficultés techniques pour la réalisation d’images graphiques. Par conséquent, ses résultats n’ont pas une grande précision et il est donc préférable de déterminer ces indicateurs à partir de la courbe «débit-volume». L'évaluation des modifications des indices de vitesse spirographiques est effectuée en fonction du degré de déviation par rapport à la valeur appropriée. En règle générale, la valeur de l'indicateur de débit est considérée comme la limite inférieure de la norme, qui correspond à 60% du niveau approprié

La pneumotachométrie est une méthode de débit d’air lors d’une inspiration et d’une expiration forcées.

La pneumotachométrie est une méthode importante pour déterminer l'état de perméabilité bronchique. Chez les individus en bonne santé, l'indicateur de tachymétrie varie de 4 à 8 l / s. La valeur due est déterminée par la formule ЖЕЛ X 1,2. Une diminution de cet indicateur en dessous de 85% est considérée comme une violation de la perméabilité bronchique.

Pour identifier les bronchospasmes cachés, il est nécessaire de calculer le rapport de pneumotachographie en inhalation et en expiration. Si l'indice est inférieur à 0,9, il s'agit d'un signe précoce d'un état bronchospastique. La respirabilité normale des bronches chez les hommes en ce qui concerne le pouvoir expiratoire et inspiratoire est de 3,5–5,5 l / s, chez les femmes de 3–3,8 l / s.

En règle générale, l'indice pneumotachométrique réel en lui-même ne caractérise pas l'état de perméabilité bronchique, il doit être comparé aux valeurs appropriées.

Le plus efficace est l'utilisation de la pneumotachographie afin de déterminer le mécanisme de la valve des violations de la perméabilité bronchique, car cela vous permet d'enregistrer la vitesse du flux d'air plus longtemps qu'avec la pneumotachométrie.

Pneumotachographie (pneuma air grec + vitesse du tachos + écriture grapho, image) - enregistrement continu du débit volumétrique de l'air inspiré et expiré avec une respiration silencieuse et forcée. Indépendamment utilisé rarement, souvent en combinaison avec la détermination du volume d'inhalation et d'expiration (courbes débit-volume), pression alvéolaire et transpulmonaire. Le plus couramment utilisé en pratique clinique est l’enregistrement de la courbe «débit expiratoire maximal», qui documente la vitesse du flux d’air à différents stades de l’expiration forcée. Si l’expiration forcée est correctement effectuée, la courbe «débit-volume» permet d’évaluer objectivement l’état de la perméabilité bronchique, de diagnostiquer une obstruction bronchique, incl. ses manifestations initiales, qui permettent d’identifier les maladies broncho-pulmonaires au stade préclinique de développement.La courbe «débit expiratoire forcé» joue un rôle important dans la reconnaissance du bronchospasme lors de la réalisation de tests pharmacologiques avec les bronchodilatateurs, l’étude de la réactivité bronchique à l’aide de méthodes de bronchoscopie spécifiques et non spécifiques, l’évaluation de l’efficacité fonctionnelle du traitement broncho-pulmonaire dans des conditions d'hospitalisation et de consultation externe, déterminant la gravité et le niveau d'obstruction bronchique. La courbe «débit - débit expiratoire forcé» est particulièrement importante dans l’étude des effets néfastes du tabagisme, de la pollution de l’environnement et des risques professionnels sur la fonction pulmonaire.

http://studfiles.net/preview/5134537/page:21/

Plus D'Articles Sur La Santé Pulmonaire