Comment traiter les ARVI chez un enfant de 3 à 9 ans: différences et particularités

Les symptômes des infections virales respiratoires aiguës sont presque les mêmes pour les trois premières années de la vie et pour les enfants plus âgés. Beaucoup de parents sont intéressés par une question logique: est-il correct de prescrire un traitement de type unique aux enfants de moins de 3 ans et à ceux qui ont 3 ans ou plus? L'article décrit les facteurs qui contribuent à la maladie et les différences de traitement. Quel est le schéma thérapeutique pour les enfants âgés de 3 ans et plus, veuillez lire ci-dessous.

Différences de thérapie

Parmi les médecins, l'opinion a été établie que plus l'enfant est jeune, plus il est porteur de l'infection virale. Par conséquent, si l'on diagnostique pour la première fois les ARVI d'un enfant à l'âge de 3 ans, le traitement d'une «nouvelle» maladie ne devrait pas être résolu sans consulter un spécialiste. Cela est dû à l'immunité non encore formée et à la capacité de lutter contre les virus provenant de l'extérieur.

Bien entendu, le traitement prescrit par le pédiatre doit être adapté à l'âge de l'enfant. La plupart des médicaments, y compris les antiviraux, ne peuvent être utilisés qu'à partir de 3 ans. Souvent, les médecins prescrivent de tels médicaments aux enfants et aux moins jeunes, mais à une dose plus faible.

Cependant, le traitement du SRAS chez les enfants de tous les âges nécessite le respect de certaines règles. Ce n'est qu'alors que le résultat sera déjà évident pendant 3-4 jours.

Le traitement des enfants âgés de 3 à 9 ans après la consultation d'un pédiatre peut être effectué à domicile, à l'exception des cas graves avec complications.

Traitement: approches générales

Les approches de traitement des ARVI sont approuvées par les directives cliniques et sont presque les mêmes pour les enfants de tous les âges. L'ajustement est effectué par un médecin en tenant compte de la gravité de la maladie et des caractéristiques de l'enfant. Voici les règles de base de la thérapie.

  • Le traitement n'est prescrit que par un médecin.
  • En aucun cas vous ne devez vous auto-traiter, prescrire des antiviraux à votre bébé, et en particulier des antibiotiques.

Rappelez-vous que le parent n'est pas un médecin. Un diagnostic précis des symptômes externes est presque impossible. La tâche parentale consiste à observer l'enfant et à décrire le plus fidèlement possible les symptômes du médecin. Ne pas abaisser la température en dessous de 38,5. Bien sûr, tout est individuel: certains enfants tolèrent une forte fièvre, d’autres - à 37 degrés déjà, ils tombent de faiblesse, deviennent léthargiques, ne réagissent pas face à leurs parents, il est impossible de se distraire ou de s’éloigner.

Le Dr Komarovsky concentre toujours son attention sur le fait que les parents qui lancent immédiatement toute l'artillerie contre 37,5 ° C quand la température est apparente «ne guérissent pas, mais paralysent». Chaleur - un outil de protection du corps. Il y a une température - le corps combat les virus et les bactéries.

Réduire la température signifie condamner le corps à une récupération à long terme. Si, à des températures élevées, l'enfant ne se plaint pas, est actif, il n'a pas de problèmes neurologiques, il est donc préférable de lui donner plus d'alcool. Les antipyrétiques sont utiles si la température continue d’augmenter.

  • Le retrait prématuré de médicaments est inacceptable. Il y a des situations fréquentes où l'enfant est devenu meilleur et où la mère annule arbitrairement le traitement. Au mieux, vous pouvez contracter une infection secondaire et au pire, une complication grave. L'annulation du médicament et l'ajustement de la dose ne doivent être traités que par un médecin.
  • La combinaison de l'irrigation quotidienne et du lavage de la cavité nasale donne généralement une tendance positive dans l'évolution de la maladie.
  • N'utilisez pas de solutions alcooliques ni de morsures comme fébrifuge. Une telle auto-médication est lourde de brûlures et d’empoisonnements!
  • Facteurs psychologiques de la maladie

    N'oubliez pas que l'état social et psychologique du bébé joue un rôle important dans l'évolution et la gravité de la maladie, ainsi que dans les risques de tomber malade.

    Les psychologues disent que les plus vulnérables sont les enfants âgés de trois ans et plus, qui:

    • contact perdu avec maman
    • subir des punitions physiques
    • ne trouvent pas de réponse à leurs demandes et à leurs besoins qui sont ignorés et qui ne sont pas écoutés par les autres membres de la famille,
    • élevé dans une famille où il est permis de crier sur l'enfant et les autres membres de la famille.

    Enfants de 3 à 4 ans

    C'est exactement l'âge où l'enfant «se sépare» de sa mère et est obligé d'aller à la maternelle (3-4 ans). En règle générale, les enfants d'âge préscolaire sont très sensibles à la séparation de leurs parents et éprouvent souvent un sentiment de peur et d'anxiété. En outre, la nouvelle équipe - est l'échange de bactéries et de virus.

    Peu de gens réussissent à survivre à la période d'adaptation sans la formule "trois jours au jardin, deux semaines à la maison". Les enfants de cette école plus souvent que d’autres tombent malades au début de la maternelle: les aléas et les premiers symptômes d’infections virales respiratoires aiguës sont souvent associés à un changement du mode de vie habituel.

    Enfants de 5 à 6 ans

    À cet âge, certaines "maladies" prolifèrent. La fréquence et la gravité de la maladie dépendent de la fréquence et de la gravité de la maladie de l'enfant au cours des 2-3 dernières années. Si le traitement des premiers épisodes de la maladie était effectué correctement, les cellules immunitaires seraient alors «correctement formées» et seraient en mesure de réagir avec compétence aux «attaques» virales ultérieures.

    Si un enfant n’allait pas au jardin et si, à cet âge, s’adressait pour la première fois à son équipe, le scénario de la morbidité serait très probablement semblable à celui des enfants plus jeunes. Si l'adaptation est terminée mais que l'enfant continue à être malade, cela peut être dû à une charge accrue sur le corps de l'enfant:

    • activités et clubs de développement,
    • sections sportives
    • transition de la maternelle à l'école
    • des exigences accrues sur la performance du bébé.

    Parfois, un nouvel horaire est soumis à une pression considérable et, par conséquent, à ARVI, qui a été «aidé» par le surmenage et le stress. À cet âge, il est important d'écouter votre enfant. Il vous dit qu'il ne veut pas aller à la maternelle, vient avec des larmes, se plaint des enfants, de la gardienne, de la nourriture - attend ORVI. Après tout, l'enfant comprend inconsciemment que tomber malade est le seul moyen de rester à la maison.

    Enfants 7-8 ans (jusqu'à 9 ans inclus)

    La dépendance de la maladie à des facteurs externes qui ont laissé leur marque dans la vie d'une petite personne est prouvée depuis longtemps. À l'âge de 7 ans, c'est le moment d'aller à l'école. Les enfants se retrouvent dans de nouvelles conditions et il s’agit d’une «secousse» forte pour le corps d’un enfant, qui peut y répondre de façon brutale. Par exemple, fièvre, fièvre, malaise général.

    Drogues selon l'âge

    Le traitement des ARVI chez les enfants âgés de plus de 3 ans repose sur trois grandes baleines: régime, régime et traitement médicamenteux.

    Pendant une maladie, il est important d'essayer de limiter l'activité physique du bébé, de lui demander de se coucher et d'observer le repos au lit. Nourrissez seulement sur demande. Ne veut pas manger - pas besoin de forcer.

    Mais vous devez boire beaucoup. Il peut s'agir d'une variété de thés, de jus de fruits, d'eau plate.

    En conjonction avec les actions ci-dessus, un traitement symptomatique est effectué. Chaque âge a sa propre dose de médicament.

    Antiviral

    Selon les instructions, ces médicaments ne sont pas utilisés pour traiter les enfants. Posologie prescrite uniquement par un pédiatre.

    http://krepyshok.com/zabolevaniya/infektsionnye-bolezni/dyhatelnyh-putej/prostuda/orvi/u-rebenka-s-3-let.html

    0P3.RU

    traitement du rhume

    • Maladies respiratoires
      • Rhume
      • SRAS et ARI
      • La grippe
      • Toux
      • Pneumonie
      • Bronchite
    • Maladies ORL
      • Nez qui coule
      • Sinusite
      • Amygdalite
      • Maux de gorge
      • L'otite

    Orvi chez un enfant de 3 ans que traiter

    SRAS chez les enfants

    Les infections virales respiratoires aiguës du SRAS chez les enfants se retrouvent dans environ 75% des maladies infantiles. Les infections des voies respiratoires supérieures (infections respiratoires aiguës, infections respiratoires aiguës, ARVI) constituent un groupe de maladies infectieuses et inflammatoires aiguës des voies respiratoires supérieures de localisation, d'étiologie et de symptomatologie diverses.

    Les ARVI sont l'infection la plus répandue dans le monde. Il est impossible de prendre pleinement en compte l’incidence réelle. Presque chaque personne plusieurs fois (de 4 à 8 à 15 fois ou plus) au cours d'une année porte des ARVI principalement sous forme de formes douces et subcliniques. Des rhumes particulièrement fréquents sont observés chez les jeunes enfants. Les enfants des premiers mois de la vie tombent rarement malades, car ils sont relativement isolés et bon nombre d'entre eux conservent pendant 6 à 10 mois une immunité passive obtenue de la mère par voie transplacentaire sous forme d'IgG. Cependant, les enfants des premiers mois de la vie peuvent également être atteints d'infections virales respiratoires aiguës, surtout s'ils sont en contact étroit avec des patients. Les raisons peuvent être une immunité transplacentaire non stressée ou son absence totale, une prématurité, des formes primaires d'immunodéficience, etc.

    CIM-10 Code J00-J06 Infections aiguës des voies respiratoires supérieures

    Epidémiologie du SRAS

    Selon les statistiques, un enfant peut tomber malade de 1 à 8 fois par an. Cela est dû au fait que l'immunité produite dans le corps d'un enfant contre un virus est impuissante contre une autre infection. Et des virus qui causent le SRAS, des centaines. Il s'agit des virus de la grippe, du parainfluenza, des adénovirus, des entérovirus et d'autres microorganismes. Et comme les parents doivent souvent faire face au SRAS, ils doivent en savoir le plus possible sur cette maladie, sur les mécanismes de son développement et sur la manière de lutter contre l'infection virale chez les enfants.

    La plus grande incidence concerne les enfants de 2 à 5 ans, ce qui est généralement associé à leurs visites dans des établissements pour enfants, ce qui représente une augmentation significative du nombre de contacts. Un enfant fréquentant un jardin d'enfants peut être atteint d'infections virales respiratoires aiguës jusqu'à 10-15 fois au cours de la 1ère année, 5 à 7 fois la 2ème année et 3 à 5 fois par an les années suivantes. Réduire l'incidence de l'acquisition d'une immunité spécifique résultant du transfert de l'ARVI.

    Une incidence aussi élevée du SRAS pendant l'enfance fait de ce problème l'un des problèmes les plus urgents en pédiatrie. Les maladies répétées affectent considérablement le développement de l'enfant. Ils entraînent un affaiblissement des défenses de l'organisme, contribuent à la formation de foyers d'infection chroniques, provoquent une allergie, entravent les vaccinations préventives, aggravent les antécédents de prémorbides et retardent le développement physique et psychomoteur des enfants. Dans de nombreux cas, les infections virales respiratoires aiguës et fréquentes sont associées de façon pathogène à la bronchite asthmatique, l’asthme bronchique, la pyélonéphrite chronique, la polyarthrite, les maladies chroniques du rhinopharynx et de nombreuses autres maladies.

    Causes d'ARVI chez les enfants

    Facteurs contribuant à l'émergence des ARVI, poursuivent l'enfant partout. Ces raisons incluent:

    • hypothermie, courants d'air, chaussures mouillées;
    • communication avec d'autres enfants atteints d'ARVI;
    • changement brusque de temps, hors saison (automne-hiver, hiver-printemps);
    • abaisser les défenses du corps;
    • hypovitaminose, anémie, corps affaibli;
    • activité physique réduite de l'enfant, hypodynamie;
    • durcissement inapproprié du corps.

    Tous ces facteurs affaiblissent le corps et contribuent à la propagation du virus sans entrave.

    Les infections virales respiratoires aiguës fréquentes chez les enfants sont dues à la sensibilité élevée du corps de l’enfant à tout âge, y compris celui du nouveau-né. Les infections virales respiratoires aiguës fréquentes d'un enfant commencent dès son entrée dans une crèche, un jardin d'enfants ou une école. Les maladies peuvent être répétées successivement. Cela se produit parce que la défense immunitaire après une infection virale est développée à partir d'un type de virus. La pénétration dans le corps d'un nouveau virus provoque une nouvelle maladie, même si peu de temps s'est écoulé depuis le précédent.

    Combien de temps dure une infection virale respiratoire aiguë?

    Combien de temps un bébé peut-il être contagieux et combien de temps dure un VRAI chez un enfant?

    En règle générale, plus le temps a passé depuis l'apparition des premiers symptômes, moins il est probable que l'enfant soit contagieux. La période de temps pendant laquelle la personne malade est capable d’infecter d’autres personnes commence généralement lorsque les premiers symptômes de la maladie apparaissent ou simultanément avec eux. Dans certains cas, le bébé peut toujours avoir l’air «sain» en apparence, mais le processus de la maladie peut déjà être commencé. Cela dépend de nombreux facteurs, dont la persistance de l'immunité des enfants.

    Le moment initial de la période d'incubation (lorsque le virus a déjà pénétré dans le corps de l'enfant mais que la maladie ne s'est pas encore manifestée "dans toute sa splendeur") est considéré comme le moment de la communication avec un patient déjà infectieux. Un tel moment peut être un contact avec un enfant malade à la maternelle ou un éternuement accidentel pris dans un trolleybus. La phase finale de la période d’incubation s’achève avec l’apparition des premiers signes de la maladie (au moment de l’apparition de plaintes).

    Les tests de laboratoire peuvent déjà indiquer la présence d'un virus dans le corps pendant la période d'incubation.

    La période d'incubation du SRAS chez les enfants peut durer de plusieurs heures à 2 semaines. Ceci s'applique à de tels agents causatifs de maladies telles que le rhinovirus, le virus de la grippe, le parainfluenza, le paraklyoklyusha, l'adénovirus, le réovirus, ainsi que le virus respiratoire syncytial.

    La période au cours de laquelle l'enfant est contagieux peut commencer 1 à 2 jours avant l'apparition des premiers signes de la maladie.

    Combien de temps dure une infection virale respiratoire aiguë? Si vous comptez à partir du moment où les premiers symptômes apparaissent, la période de maladie peut durer jusqu'à 10 jours (en moyenne, une semaine). Parallèlement, selon le type de virus, l’enfant peut continuer à être contagieux pendant encore 3 semaines après le rétablissement (disparition des symptômes).

    Symptômes du SRAS chez les enfants

    Quel que soit le type de virus provoqué par le SRAS, la forme classique de la maladie présente certains symptômes courants:

    • Syndrome «infectieux général» (un enfant a des gnomes, des douleurs dans les muscles, dans la tête, une faiblesse, une augmentation de la température, des ganglions lymphatiques sous-maxillaires augmentent);
    • lésions du système respiratoire (congestion nasale, nez qui coule, maux de gorge, toux, sec ou avec des expectorations);
    • défaite des muqueuses (crampes et rougeurs au niveau des yeux, larmoiement, conjonctivite).

    Les premiers signes du SRAS chez un enfant se caractérisent souvent par une apparition soudaine accompagnée d'un syndrome «infectieux général» clairement identifié. Avec le parainfluenza ou l’adénovirus, les premiers signes sont une lésion des organes respiratoires (gorge, nasopharynx), ainsi que des rougeurs et des démangeaisons de la conjonctive de l’œil.

    Bien entendu, il serait plus facile pour les parents et les médecins si le traitement par ARVI chez les enfants était toujours classique. Cependant, l'organisme des enfants est un système très complexe et sa réponse à la pénétration d'un virus ne peut être prédite à cent pour cent. Chaque organisme étant individuel, l'évolution de l'ARVI peut donc être effacée, asymptomatique, atypique, voire extrêmement grave.

    Comme il est peu probable que les parents soient capables de deviner et de prévoir l'évolution de la maladie, il est nécessaire de connaître les conditions dans lesquelles vous devrez consulter un médecin de la manière la plus urgente.

    Les symptômes du SRAS chez les enfants, nécessitant un traitement urgent chez le médecin:

    • Les températures dépassaient 38 ° C et ne réagissaient que peu ou pas à l’utilisation d’antipyrétiques.
    • La conscience de l'enfant est altérée, il est confus, indifférent et peut s'évanouir.
    • L'enfant se plaint de graves maux de tête, ainsi que de l'impossibilité de tourner le cou ou de faire une inclinaison antérieure.
    • Sur la peau apparaissent des varicosités, des éruptions cutanées.
    • Il y a une douleur dans la poitrine, l'enfant commence à s'étouffer, il est difficile de respirer.
    • Des expectorations multicolores apparaissent (vert, marron ou rose).
    • Il y a un gonflement sur le corps.
    • Il y a des crampes.

    Ne vous soignez pas, surtout quand il s'agit de votre enfant. Faites également attention aux autres organes et systèmes du bébé, afin de ne pas rater l'inflammation naissante.

    La température du SRAS chez les enfants

    Les enfants sont suffisamment sensibles pour augmenter la température corporelle: une température trop élevée contribue à l'apparition de crampes chez l'enfant. De ce fait, la température ne doit pas dépasser 38-38,5 ° C.

    La température ne doit pas être réduite à 38 ° C, car il n’est pas nécessaire d’empêcher le corps de s’acquitter de sa tâche - de lutter contre la pénétration du virus. Cela peut déclencher l'apparition de complications. Que faire:

    • ne paniquez pas;
    • surveiller l'état de l'enfant - habituellement après 3-4 jours, la température devrait se stabiliser.

    Une infection virale respiratoire aiguë prolongée chez un enfant dont la température ne baisse pas peut indiquer l'apparition d'une infection bactérienne. Cela se produit également lorsque les indicateurs de température après une infection virale ont diminué, le bébé semble être en voie de guérison, mais au bout de quelques jours, la situation a empiré, une fièvre est apparue. Dans une telle situation, vous ne devriez pas tarder à appeler un médecin.

    Dans le cours classique de l'infection virale respiratoire aiguë, la température ne peut pas rester plus de 2 ou 3 jours, le maximum est de cinq jours. Pendant ce temps, le corps doit vaincre le virus en développant ses propres anticorps. Important: ne réduisez pas spécifiquement la température à la normale, vous pouvez uniquement la baisser pour que le corps continue à lutter contre l’infection.

    Toux avec ARVI chez les enfants

    La toux avec infections virales respiratoires aiguës chez les enfants est un symptôme assez fréquent. Il est généralement présent dans le contexte de fièvre, d'écoulement nasal et d'autres signes de la maladie. Avec l'apparition de la maladie, il y a une toux sèche (sans expectorations). Les médecins qualifient une telle toux de non productive: elle est fortement tolérée par un enfant, elle peut perturber la tranquillité de son sommeil et avoir un effet négatif sur l’appétit.

    Dans le cours classique des infections virales aiguës des voies respiratoires, la toux entre en phase productive au bout de 3-4 jours - les expectorations apparaissent. Mais il ne faut pas oublier que tous les enfants ne peuvent pas tousséer. Pour cette raison, l’enfant a besoin d’aide: un massage régulier de la poitrine, une gymnastique légère et un accès de toux doivent permettre au bébé de se mettre debout.

    En règle générale, la toux pour les infections virales dure jusqu'à 15-20 jours, mais si sa durée dépasse trois semaines, une toux chronique peut alors être suspectée. Dans de tels cas, une consultation compétente du pneumologue pédiatrique et de l'allergologue, ainsi que la désignation d'un traitement complexe, sont tout simplement nécessaires.

    Vomissements chez un enfant atteint d'ARVI

    Les vomissements chez un enfant atteint de ARVI peuvent survenir simultanément à l'apparition de fièvre et de toux. Avec difficulté, les expectorations sont lâches, épaisses et visqueuses, irritent les voies respiratoires et provoquent une toux atroce chez un enfant. Le réflexe nauséeux est déclenché par le passage d'un signal excitateur des centres de la toux aux centres gag. Dans certains cas, des vomissements peuvent survenir en raison de l'accumulation d'une grande quantité de sécrétions muqueuses dans la cavité nasopharyngée, mais dans ce cas, des vomissements apparaissent sans tousser. Le plus souvent, les vomissements sur le fond de la toux ne sont pas abondants et n'apportent pas de soulagement visible au bébé.

    Il est important de distinguer lorsque les vomissements sont associés à une stimulation simultanée du réflexe de la toux et des vomissements, et lorsque les vomissements peuvent être un signe d'empoisonnement ou de maladie du tractus gastro-intestinal. Par conséquent, le médecin doit obligatoirement montrer l'enfant, sinon cela peut provoquer l'apparition de complications indésirables et parfois graves.

    Eruption cutanée avec le SRAS chez un enfant

    S'il y a une éruption cutanée lors d'infections virales respiratoires aiguës chez un enfant - c'est une raison directe pour demander l'aide d'un médecin. Vous pouvez énumérer plusieurs raisons pour l'apparition d'une éruption cutanée pendant la maladie:

    • intolérance à l'un des médicaments pris par le bébé;
    • réaction allergique à la nourriture, qui donne généralement aux parents d'un enfant malade (framboises, oranges, citrons, ail, gingembre, etc.);
    • haute température, ce qui contribue à augmenter la perméabilité vasculaire - dans de tels cas, l'éruption ressemble à des hémorragies panachées sur la peau.

    Il y a des causes plus sérieuses de l'éruption. Par exemple, il s’agit de l’ajout d’une infection à méningocoque: une telle éruption est généralement accompagnée d’hyperthermie et de vomissements. Quelle que soit l'option choisie, lorsqu'une éruption cutanée sur le corps de l'enfant est détectée, toutes les mesures nécessaires doivent être prises pour amener le bébé dans le service des infections le plus rapidement possible. Vous pouvez simplement appeler une ambulance et décrire les symptômes de la maladie. Dans ce cas, le retard est impossible.

    Ventre douloureux avec le SRAS chez un enfant

    Assez souvent, les parents sont confrontés à une situation où l'ARVI fait mal à l'estomac chez un enfant. Les douleurs sont le plus souvent des coliques et sont localisées dans la zone de projection du gros intestin. Les médecins peuvent expliquer ce symptôme par la réaction combinée du système lymphatique de l'intestin et de l'appendice. Pour la même raison, les infections virales respiratoires aiguës peuvent être compliquées par une crise d'appendicite aiguë. Dans une telle situation, l'acte le plus compétent des parents peut être d'appeler un médecin à la maison et si la douleur à l'abdomen augmente, vous devrez alors faire appel à une ambulance.

    Un grand nombre d'infections virales respiratoires aiguës accompagnées de douleurs abdominales peuvent également être accompagnées de diarrhée. La diarrhée dans le cas du SRAS chez l’enfant est causée par des crampes dans l’intestin - réaction du corps de l’enfant à la maladie. Cependant, le plus souvent, la diarrhée et les douleurs abdominales provoquent des médicaments que l'enfant doit prendre. Par exemple, si des antibiotiques ou des antiviraux ont été prescrits au bébé, cela peut progressivement conduire à une violation de la microflore intestinale, ou se manifester par une réaction de l'hypersensibilité du système digestif à certains types de médicaments. Dans tel ou tel cas, la consultation du médecin est obligatoire.

    Conjonctivite avec le SRAS chez un enfant

    Malheureusement, la conjonctivite avec le SRAS chez un enfant se produit dans presque tous les cas de la maladie, en particulier lorsqu'elle est attaquée par une infection à adénovirus. Les signes de la conjonctivite deviennent perceptibles immédiatement. Initialement, une infection virale provoquant un ARVI affecte un œil, mais après 1-2 jours, l'autre œil est affecté. Les deux yeux de l'enfant sont rouges, démangeaisons, il y a une sensation de "sable" dans les yeux. L'enfant plisse les yeux, s'essuie les paupières, pleure constamment. Les yeux peuvent être couverts de croûtes et dans les coins, de légères décharges peuvent être collectées.

    Cette conjonctivite disparaît progressivement d'elle-même, à mesure que l'enfant se remet d'ARVI. Néanmoins, des médicaments spéciaux pour enfants - une pommade ou des gouttes oculaires antivirales, qui peuvent être facilement achetées en pharmacie, peuvent aider à soulager l’état du bébé et à éliminer les démangeaisons et les écoulements oculaires.

    Cependant, dans certains cas, la conjonctivite peut être le résultat d'une réaction allergique chez un enfant. Dans cet état, le bébé apparaît non seulement en larmoiement et en rougeur des yeux, mais aussi en gonflement des paupières inférieures. Les allergies affectent simultanément les deux yeux. Si cela se produit, une consultation urgente avec un médecin est nécessaire, l'identification et l'élimination du contact avec un allergène potentiel, la prescription de gouttes oculaires antihistaminiques et de médicaments.

    Caractéristiques du SRAS chez les enfants

    Les enfants d'âges différents peuvent réagir différemment à l'apparition de signes du SRAS.

    • Le SRAS chez un nourrisson peut manifester des symptômes tels que l’anxiété du bébé, un manque de sommeil, une perte d’appétit; trouble intestinal, larmoiement excessif et humeur. De tels changements dans le comportement du nourrisson devraient éveiller les soupçons chez la mère, car le nourrisson ne peut pas expliquer son bien-être avec des mots.
    • Le SRAS chez un bébé d'un mois peut entraîner des difficultés respiratoires nasales, car il ne peut pas respirer par la bouche. Comment soupçonner que l'enfant a le nez bouché? Le bébé devient agité lorsqu'il tète, refuse souvent de manger et repousse le sein ou le biberon. Dans ce cas, veillez à nettoyer les passages nasaux de la chapelure.
    • Le SRAS chez un bébé de 2 mois peut se manifester de manière caractéristique par un essoufflement avec une respiration sifflante prolongée - ce symptôme est souvent appelé syndrome d'asthme. Dans le même temps, les symptômes d'intoxication sont exprimés: cicatrisation ou cyanose de la peau, léthargie, apathie, fièvre.
    • Le SRAS chez un bébé de 3 mois survient souvent avec des lésions du système respiratoire qui, avec des soins non qualifiés, peuvent être compliquées par une bronchite ou une pneumonie. Par conséquent, il est très important de faire attention à la difficulté de la déglutition et de la respiration nasale de l'enfant, afin de mesurer régulièrement la température. L'allaitement au sein pendant cette période est extrêmement indésirable, car le lait maternel sera dans ce cas le meilleur médicament pour le bébé.
    • Le SRAS chez un bébé de 4 mois est accompagné d'une lésion de la membrane muqueuse du nasopharynx et des bronches, qui se manifeste sous la forme d'un nez qui coule et d'une toux. Une augmentation des ganglions lymphatiques sous-maxillaires ou parotides, de la rate peut être observée. Développe souvent une conjonctivite, une kératoconjonctivite, qui se traduit par une rougeur des yeux et une larmoiement continu.
    • Le SRAS chez les enfants de moins d'un an peut être compliqué par le croup, une condition dans laquelle le larynx s'enflamme et se gonfle, à savoir la zone située directement sous les cordes vocales. Cette condition s'explique par le fait que chez les jeunes enfants, cette zone contient une grande quantité de cellulose en vrac, qui gonfle facilement. Dans ce cas, la lumière du larynx n'est pas assez grande. La croupe se développant le plus souvent la nuit, les parents doivent donc faire attention à la toux aboyante soudaine, à la respiration lourde, aux attaques d'essoufflement, à l'anxiété et au bleuissement des lèvres d'un enfant. Si de tels signes sont observés, il est nécessaire d'appeler d'urgence une ambulance.
    • Le SRAS chez un enfant a 6 mois - une période au cours de laquelle le bébé a déjà été donné ou reçoit une alimentation complémentaire. Souvent, à l'âge de six mois, une infection virale est accompagnée, en plus des organes respiratoires, de l'implication du système digestif. Cela peut entraîner des signes de gastrite ou d'entérite aiguë: douleurs abdominales, selles bouleversées.
    • Le SRAS chez un enfant d'un an peut être répété de 1 à 8 fois par an, en fonction de l'immunité. À partir de cet âge, il est très important de commencer à effectuer des procédures de modération et à renforcer les défenses immunitaires du bébé afin que son corps puisse résister à de nombreux virus et bactéries. Il est particulièrement important de protéger le bébé en automne-hiver et en hiver-printemps.
    • Le SRAS chez un enfant de 2 ans est plus souvent accompagné d'une laryngite (inflammation du larynx), d'une trachéite (inflammation de la trachée - tube de respiration) ou d'une combinaison de ces maladies. Les signes d’une telle lésion sont une voix rauque, une toux sèche obsessionnelle. Bien entendu, un bébé de 2 ans ne peut pas encore communiquer expressément ses plaintes. Par conséquent, les parents doivent surveiller attentivement l’état de l’enfant. Avec l'apparition de difficultés respiratoires, la rétraction des espaces intercostaux, le gonflement des ailes du nez, il est nécessaire d'appeler d'urgence une ambulance.
    • ARVI chez un enfant de 3 ans commence généralement à augmenter la température vers le soir. Il y a une douleur dans la tête, le bébé se sent apathique, fatigué, paresseux. Le plus souvent, la maladie apparaît au cours de la saison des épidémies, ce qui facilite le diagnostic. La gravité de la condition détermine le bien-être de l'enfant.

    Si vous remarquez des symptômes inhabituels ou suspects chez un enfant, veillez à appeler une ambulance. N'ayez pas peur de déranger encore une fois le médecin: l'essentiel est la santé de votre bébé.

    Répéter ARVI chez un enfant

    Les ARVI répétés chez un enfant ne sont pas rares, car les enfants sont généralement très susceptibles à une infection virale. Les tout-petits ont tendance à être infectés par un virus dès les premières semaines de leur vie, mais au cours des trois premiers mois, ils ne tombent pas malades aussi souvent qu'à un âge plus avancé. La propension à la maladie est particulièrement évidente entre six mois et trois ans, puis la sensibilité est quelque peu réduite, même si cela dépend de l’immunité individuelle de l’organisme.

    Pourquoi des infections virales respiratoires aiguës récurrentes se produisent-elles? Le fait est que l'immunité a une spécificité vis-à-vis des espèces individuelles et même des types d'infection virale. Cette immunité ne diffère pas de la persistance et de la durée. Et en combinaison avec un grand nombre de variétés du virus, un risque élevé de maladies récurrentes est créé.

    Le SRAS chez un enfant peut survenir comme un cas isolé ou à la suite d'une épidémie massive qui se produit souvent dans une équipe d'enfants. C'est pourquoi l'incidence d'un enfant augmente généralement avec le début d'une visite dans un jardin d'enfants ou un autre établissement préscolaire ou scolaire.

    Où ça fait mal?

    Qu'est-ce qui te dérange?

    Complications du SRAS chez les enfants

    Selon les statistiques, au moins 15% de toutes les maladies du SRAS chez les enfants laissent derrière elles des complications pour d'autres organes et systèmes du corps. Pour cette raison, n'oubliez pas que chez les enfants, les ARVI peuvent survenir avec une température élevée ne dépassant pas cinq jours. Une élévation de température plus longue au-dessus de 38 ° C peut indiquer la survenue de complications ou l'ajout d'une autre maladie. Parfois, la température semble diminuer, mais au bout de 1 à 3 jours, elle augmente à nouveau: des symptômes d'intoxication apparaissent, tels que des larmoiements, une pâleur, une léthargie et une transpiration accrue. L'enfant refuse de manger et de boire, devient indifférent à ce qui se passe. Quelles peuvent être les complications du SRAS chez les enfants?

    • La toux après une infection virale respiratoire aiguë chez un enfant peut dans certains cas signifier la transition de la maladie vers une bronchite ou même une pneumonie - une infection virale se déplaçant progressivement vers le bas par les voies respiratoires. Premièrement, il peut y avoir un tableau clinique de laryngite (toux sèche, voix enrouée), puis - de trachéite (toux douloureuse, les fonctions de la voix sont rétablies), et plus tard - de bronchite. Le principal symptôme de la bronchite est la toux. Tout d'abord, il est sec et rugueux, commence progressivement à se former et à cracher des crachats. La difficulté de respirer se joint, la température augmente à nouveau, transpiration excessive, fatigue. Si l'enfant a une respiration fréquente et lourde (parfois, le bébé semble «gémir»), on peut alors suspecter une bronchiolite ou une pneumonie. La consultation d'un médecin est nécessaire.
    • Une éruption cutanée chez un enfant après ARVI peut être causée par plusieurs raisons. Par exemple, il peut s'agir de maladies telles que la rubéole, la rougeole, l'herpès (roséola pédiatrique), une infection à entérovirus, la scarlatine, etc. Une réaction allergique à des médicaments, tels que des antibiotiques, peut également se produire. La cause exacte de l'éruption cutanée devrait établir un médecin.
    • L'arthrite après le SRAS chez les enfants peut apparaître après une maladie prolongée. Une telle arthrite est appelée "réactive". Les symptômes de l'arthrite réactive peuvent apparaître plusieurs jours, voire plusieurs semaines après le rétablissement. Habituellement, il y a une douleur dans l'articulation (habituellement le matin). Il peut s'agir d'une articulation de la hanche, du genou, de la cheville, etc. L'enfant sort à peine du lit, boit de la marche, se plaint de douleurs aiguës. Le rhumatologue pédiatrique peut diagnostiquer la maladie et commencer un traitement en fonction de l'examen et des résultats de certains tests.

    En outre, les complications des infections virales respiratoires aiguës peuvent être une sinusite (processus inflammatoire des sinus paranasaux) ou une otite moyenne. Vous pouvez suspecter de telles maladies par la congestion nasale constante sur l'arrière-plan d'un mal de tête ou par une douleur lancinante à l'oreille, associée à une diminution de l'audition et à une sensation de congestion.

    Diagnostic du SRAS chez les enfants

    La principale tâche des tests effectués pour le diagnostic du SRAS chez les enfants est la détermination du type d'agent pathogène. En fonction de cela, un autre traitement sera attribué.

    Les tests les plus courants chez les enfants atteints du SRAS sont la numération globulaire, l'analyse d'urine et des tests immunologiques permettant de détecter les anticorps dirigés contre une infection virale.

    Quels indicateurs indiquent généralement un ARVI?

    Test sanguin général:

    • globules rouges - normaux ou augmentés en raison d'un manque de liquide dans le corps;
    • hématocrite - normal ou augmenté (avec fièvre);
    • leucocytes - limite inférieure de la normale ou décroissante, indiquant l'étiologie virale de la maladie;
    • formule de leucocytes - la prédominance des lymphocytes, une légère augmentation des monocytes;
    • éosinophiles - diminution du nombre ou disparition complète;
    • neutrophiles - réduire la quantité;
    • La RSE chez les enfants atteints du SRAS augmente, mais cet indicateur n'est pas spécifique à une infection virale.

    Analyse d'urine:

    • les changements ne sont pas spécifiques, parfois - une petite quantité de protéines dans l'urine, qui passe après la récupération;
    • possible, mais pas du tout nécessaire - une petite microhématurie.

    Dans de rares cas, des corps cétoniques - acétone et acide acétoacétique - peuvent être détectés dans le sang ou l'urine - complexes chimiques qui se forment dans le foie lorsque les aliments sont absorbés par le tube digestif. L'acétone chez les enfants atteints du SRAS peut apparaître à différentes concentrations. Cette substance étant initialement toxique, sa présence en grande quantité peut provoquer des signes d'intoxication chez un enfant (notamment des vomissements ainsi qu'une odeur d'acétone par la bouche ou par l'urine). La détermination et le traitement de l'acétone dans le sang ou l'urine doivent être exclusivement traités par un médecin spécialiste.

    L'immunologie est une analyse des immunoglobulines M (déjà attribuées aux premiers stades de la maladie). Une telle analyse est prise deux fois - avec les premiers symptômes d’ARVI et une semaine plus tard. Une telle étude peut déterminer avec précision l'agent pathogène. Cependant, la méthode immunologique n'est pas toujours utilisée, mais uniquement en cas d'évolution sévère et prolongée de la maladie.

    Qu'est-ce que vous devez examiner?

    Comment examiner?

    Quels tests sont nécessaires?

    Qui contacter?

    Traitement des ARVI chez les enfants

    Les enfants présentant des ARVI légers à modérés peuvent être traités à la maison. Hospitalisé seulement dans les cas suivants:

    • avec une forme grave de la maladie, ou en présence de complications (inflammation des poumons, du croup, etc.);
    • à l'âge d'un enfant jusqu'à 1 an, ou de 1 à 3 ans;
    • dans des conditions de vie épidémiologiques et matérielles insatisfaisantes.

    Le traitement standard des ARVI chez les enfants prévoit, en premier lieu, l'élimination de l'intoxication du corps. À cette fin, l’utilisation d’une grande quantité de boisson chaude, de multivitamines complexes et, dans des cas plus graves, lors de l’introduction de substituts de glucose et de sang. À des températures élevées, les antipyrétiques peuvent être utilisés sous forme de comprimés ou de suppositoires rectaux et, dans les cas graves, sous forme d’injections intramusculaires.

    Pendant la période de fièvre, l'enfant est placé au lit. En l'absence de complications, les antibiotiques et les sulfamides ne sont généralement pas utilisés, mais dans certains cas, ils sont toujours prescrits aux jeunes enfants, car il est très difficile de reconnaître une complication chez le nourrisson.

    Le protocole de traitement des infections virales respiratoires aiguës chez les enfants compliqués comprend la nomination de bronchodilatateurs (pour pneumonie ou bronchite). Les antibiotiques sont utilisés avec prudence, en tenant compte des inclinations allergiques de l'enfant. En cas de sténose du larynx avec des sédatifs, des antispasmodiques, dans les cas graves, une injection d'hydrocortisone est administrée.

    Le traitement moderne des ARVI chez les enfants implique la nomination de médicaments visant à éliminer les principaux symptômes de la maladie. Quels sont ces médicaments:

    • antitussifs sous forme de sirops, comprimés à mâcher ou conventionnels;
    • des crèmes chauffantes ou des baumes à base d'ingrédients naturels que l'on frotte sur la peau de la poitrine;
    • autres procédures de réchauffement (emplâtres ou compresses de moutarde) selon les indications;
    • préparations de vitamines pour renforcer les forces immunitaires.

    Plus d'informations sur les médicaments pour le SRAS, nous en parlerons ci-dessous.

    Préparations pour le traitement du SRAS chez les enfants

    Tous les outils anti-virus sont divisés en 4 catégories:

    • antiviraux homéopathiques;
    • médicaments purement antiviraux;
    • les interférons et les stimulants d'interféron;
    • agents stimulant l'immunité.

    Considérez séparément toutes ces catégories.

    1. Homéopathie pour le SRAS chez les enfants. Le plus souvent, les suppositoires Viburcol, Ocylococcinum et Aflubin sont prescrits dans cette catégorie de médicaments, alors que EDAS-103 (903) ou Influenza Heel sont un peu moins courants. Les homéopathes spécialistes affirment que les remèdes homéopathiques énumérés stimulent la fonction protectrice du corps de l’enfant, ce qui est souvent le cas, même si la pharmacodynamique de ces médicaments n’a pas été étudiée dans la pratique. En règle générale, les remèdes homéopathiques ont un effet dès les premières doses du médicament.
    2. Antiviraux spécifiques. En pédiatrie, les médicaments antiviraux tels que l'Arbidol, la Rimantadine, la Ribavirine et le Tamiflu sont utilisés plus souvent (dans certains cas, même l'Aciclovir, le cas échéant). Ces médicaments inhibent l'entrée du virus dans les structures cellulaires, bloquent la multiplication du virus, mais ont un spectre d'activité différent et ne sont pas destinés à tous les groupes d'âge.
    3. Les préparations d'interféron et leurs stimulants constituent peut-être le groupe le plus populaire d'antiviraux. Par exemple, Viferon avec le SRAS chez les enfants supprime le développement du virus et le détruit en 1 à 3 jours. Les interférons sont capables de débarrasser le corps d'une infection virale, à la fois pendant la période d'incubation et de n'importe quelle période de la maladie. Outre l'injection d'interféron, les plus intéressants sont les suppositoires Viferon, les suppositoires Kipferon et les gouttelettes nasales Grippferon. La seule contre-indication à l'utilisation de ces fonds pourrait être l'inclination allergique du corps du bébé aux ingrédients des médicaments, en particulier les composants des bougies - beurre de cacao ou graisse de confiserie. Par ailleurs, il est recommandé d’utiliser les médicaments qui activent la production d’interféron (Amiksin, Neovir, Cycloferon) uniquement à titre préventif, mais pas pour le traitement du SRAS, en raison de la lenteur de leur action.
    4. Médicaments immunostimulants - Isoprénosine, Riboxine, Immunal, Imudon, Méthyluracile, Bronhomunal, IRS-19, Ribomunil, etc. L’un des médicaments les plus populaires sur la liste, l’Ivoprinozine avec ARVI, est utilisé plus à titre préventif, comme d’autres immunostimulants. La raison en est que l'efficacité de l'action des immunostimulants n'est observée que 14 à 20 jours après le début du traitement immunostimulant. En outre, ces médicaments peuvent être utilisés pour restaurer le corps après la récupération.

    Comme on le sait, les antibiotiques pour le SRAS chez les enfants présentant l'évolution classique de la maladie ne sont pas prescrits, car ils n'ont rien à voir avec une infection virale. L'antibiothérapie n'est utilisée qu'en cas d'ajout de complications ou en cas de suspicion: le plus souvent, elles prescrivent des dérivés de l'ampicilline.

    Nourriture pour le SRAS chez les enfants

    La nourriture pour les infections virales respiratoires aiguës chez les enfants est à peu près la même que pour le rhume. La condition principale - le bébé ne devrait être offert à manger que si vous avez de l'appétit. Ne pas nourrir l'enfant par la force.

    Vous ne pouvez pas également donner à l'enfant des produits nocifs: chips, soda. Une boisson chaude abondante et un aliment facilement digestible et riche en vitamines, tels que légumes, fruits, purée de baies et gelée, sont présentés.

    Les jeunes enfants sont invités à offrir une compote de pomme sans sucre et des décoctions de fruits secs. En l'absence d'allergie aux baies, vous pouvez préparer des boissons aux fruits ou des gelées de baies, ou simplement donner de l'eau minérale tiède sans gaz.

    En tant que boisson pour les enfants de 3 à 4 ans pour la préparation de compotes, vous pouvez utiliser des abricots, des prunes-cerises, des poires (si ce n’est allergique). Vous pouvez offrir du thé vert faible - il contient des antioxydants qui aident à éliminer les toxines du corps.

    Il est conseillé d'éviter les décoctions et les infusions de fraises et de raisins de Corinthe - ces baies sont davantage des allergènes. Remplacez-les par des bananes, des raisins ou du kiwi.

    Le régime alimentaire des enfants atteints du SRAS devrait contenir des aliments sains, faciles à digérer:

    • produits pour la cuisson il est souhaitable de moudre et écraser, la nourriture doit être légère et douce;
    • pendant la période de maladie, essayez d'éviter d'acheter des aliments pour bébés, il est préférable de vous faire cuire à partir d'aliments frais, de céréales, de purée de pommes de terre, de soupes en purée;
    • Au stade de la récupération, il est important d’enrichir le régime alimentaire en protéines. Par conséquent, utilisez de la viande blanche, de la viande hachée ou du blanc d’œuf dur comme additif alimentaire;
    • Des poissons maigres tels que la sandre, la morue, etc. peuvent être offerts aux enfants de 3 à 4 ans.
    • N'oubliez pas les produits à base de lait fermenté - ils favoriseront l'équilibre de la microflore dans l'intestin. Kéfir frais, yaourt naturel, fromage cottage faible en gras, mélange d’acidophilus. Ces produits peuvent ajouter une cuillerée de miel (en l'absence d'allergies);
    • à mesure que votre enfant récupère, revenez à un régime alimentaire normal, mais faites-le graduellement pour ne pas fatiguer votre corps.

    Soyez raisonnable lorsque vous choisissez des aliments pour un enfant atteint du SRAS: les aliments doivent être nutritifs, enrichis, variés, mais vous ne devez pas permettre de trop manger et de manger des aliments nocifs.

    Plus sur le traitement

    Prévention du SRAS chez les enfants

    La prévention du SRAS chez les enfants vise principalement à accroître la résistance et à renforcer l’immunité du corps de l’enfant. Quelles activités sont axées sur la prévention:

    • durcissement (jouer au grand air, prendre des bains d’air, des douches fraîches, marcher sur l’herbe sans chaussures, passer la nuit dans une pièce fraîche, nager dans des piscines et dans des eaux libres);
    • stabilisation des processus digestifs (manger des légumes et des fruits, observer le régime alimentaire et boire de l'alcool, favoriser la microflore intestinale);
    • régulation des selles, normalisation de la nutrition;
    • assurer un sommeil complet (le repos n’est pas le ventre plein, l’air intérieur ventilé, une quantité suffisante de sommeil).

    Les mesures préventives doivent être systématiquement mises en œuvre, sans forcer l'enfant, et en lui expliquant la nécessité d'une procédure particulière pour maintenir sa santé.

    Si nécessaire et en cas d'immunité insuffisante, il est parfois nécessaire de recourir à des médicaments qui stimulent la défense immunitaire.

    Préparatifs pour la prévention du SRAS chez les enfants

    Le complexe multivitaminique spécial Vetoron a une capacité immunomodulatrice, anti-inflammatoire et adaptogène. Il est administré par voie orale de 5 à 3 à 4 gouttes et de 7 à 5 à 7 gouttes par jour, ou en gélules à partir de 6 ans de 5 à 80 mg une fois par jour.

    Il est recommandé de prendre de l'acide ascorbique, du rétinol et des vitamines du groupe B à une dose correspondant à l'âge. La meilleure proportion des vitamines ci-dessus est présentée dans les préparations "Undevit", "Complevit", "Heksavit". Les gouttes prennent de 2 à 3 fois par jour pendant un mois. Pendant la période automne-hiver, il est utile de donner 1 c. À thé de sirop d'églantier. par jour

    Récemment, les adaptogènes qui stimulent le corps à résister aux infections sont très populaires. Nous vous proposons les régimes des médicaments les plus populaires dans cette catégorie:

    • Immunal - ingestion de 1 à 3 ans - 5-10 capsules, à partir de 7 ans - 10-15 capsules trois fois par jour;
    • Gouttes de Dr. Theiss - à partir d'un an par 10-20 cap. trois fois par jour;
    • Hexal gouttes - à l'intérieur de 6 gouttes à partir de 12 ans deux fois par jour;
    • Teinture Aralia - de 1 à 2 mois / année de vie, une fois par jour, une demi-heure avant les repas, pendant 14 à 20 jours.

    En tant que mesure préventive d'urgence, vous pouvez prendre des médicaments à base de plantes médicinales (couleur de camomille, sauge, calendula, colanchoe, ail ou oignon) ou d'agents immunocorrorants locaux (Immudon, IRS-19).

    Le SRAS chez les enfants est sujet aux rechutes, vous devez donc trouver votre propre prévention sur ordonnance, ce qui vous permettra d'oublier la maladie pendant de nombreuses années.

    Traitement des ARVI chez un enfant

    Chaque parent, au moins une fois dans sa vie, a présenté des symptômes d'infections virales respiratoires aiguës chez un enfant, le plus souvent des enfants des trois premières années de vie et des enfants âgés de 7 à 10 ans étant malades.

    Le SRAS chez les enfants est une infection virale respiratoire aiguë qui unit un grand groupe de maladies infectieuses virales causées par des virus contenant de l'ADN et de l'ARN. Contrairement à la grippe, ces micro-organismes n’ont pas une contagiosité aussi élevée, ne provoquent pas d’épidémie et sont plus facilement tolérés par les patients.

    Causes et pathogenèse de la maladie

    Le SRAS chez les enfants est causé par les virus de la grippe A, B et C, le parainfluenza, les adénovirus, les rhinovirus, les réovirus et d'autres microorganismes. La source de l’infection devient un malade ou un porteur de bactéries.En parlant, toussant ou éternuant, les virus pénètrent dans la membrane muqueuse des voies respiratoires supérieures d’une personne en bonne santé et s’infiltrent dans celle-ci.

    Le développement ultérieur de la maladie, sa difficulté et son nombre de jours, dépendent de l'état d'immunité des personnes infectées, de la résistance générale de l'organisme et du nombre d'agents infectieux qui pénétreront dans l'organisme.

    Les virus meurent assez facilement et rapidement dans l'environnement. L'infection se produit donc lors d'un contact étroit avec le porteur du virus ou lors de l'utilisation d'objets ménagers courants (vaisselle, serviettes, articles d'hygiène personnelle).

    Le SRAS et la grippe sont caractérisés par le caractère saisonnier de la maladie - la plupart des cas de la maladie chez les enfants et les adultes surviennent au printemps - en automne et pendant la saison froide, lorsque le corps humain est affaibli et ne peut pas combattre les infections.

    Chez les enfants, les infections virales se manifestent à presque tous les âges, mais chez les nourrissons jusqu'à 6 mois, une immunité temporaire est obtenue de la mère. Par conséquent, les enfants de cet âge ont rarement le SRAS. La cause du SRAS et de la grippe chez les enfants de moins d'un an sont le plus souvent des enfants plus âgés et des adultes, "porteurs" de virus et infectant des nourrissons.

    Le pic d'incidence de divers rhumes chute à l'âge de 3 ou 4 ans, lorsque la majorité des bébés commencent à fréquenter divers établissements pour enfants. Surpeuplement, manque de notions d’hygiène élémentaire chez les enfants (éternuement avec la bouche ouverte, utilisation de la vaisselle et des articles d’hygiène personnelle de quelqu'un d’autre, incapacité de bien se laver les mains avant de manger, de marcher et d’aller aux toilettes), l’immunité de l’enfant n’est pas complètement formée, elle cause beaucoup maladies chez les enfants d'âge préscolaire.

    Symptômes d'infections virales chez les enfants

    Le SRAS chez les enfants commence par une augmentation de la température corporelle, un malaise général, une perte d'appétit, puis d'autres signes d'infection virale apparaissent: congestion nasale et abondance de sécrétions muqueuses, douleur et mal de gorge, toux, essoufflement. Selon le type d'agent pathogène, les symptômes de la maladie peuvent varier légèrement.

    1. Grippe - température corporelle élevée - jusqu'à 39-40 degrés, douleurs musculaires, faiblesse, maux de tête, congestion nasale et mal de gorge - tous ces symptômes sont ceux de la grippe et du parainfluenza. La maladie peut durer de 4-5 à 10-14 jours et la durée de la période aiguë de la maladie dépend en grande partie de la rapidité et de la rapidité du début du traitement. La température corporelle pendant la grippe dure plusieurs jours, atteint un nombre élevé et peut provoquer frustration, délire et convulsions, en particulier chez les jeunes enfants.

    Contrairement à d'autres infections virales respiratoires aiguës, la grippe et le parainfluenza peuvent entraîner le développement de complications graves des organes internes. L'enfant doit donc être placé sous la surveillance d'un médecin et recevoir un traitement approprié. Parainfluenza provoque un gonflement grave de la membrane muqueuse du larynx et des voies nasales, ce qui peut déclencher le développement de faux croups (crises d'asthme) chez un enfant au cours des premières années de sa vie.

    2. Les infections à Reo et à rhinovirus se manifestent par une légère augmentation de la température corporelle, une toux et une congestion nasale. Les principaux symptômes de l'infection sont un écoulement abondant et séreux du nez, le patient ne peut plus respirer normalement, son nez "coule", les muqueuses des yeux deviennent rouges, peut avoir mal à la gorge et à la toux. Habituellement, l'état général de l'enfant ne souffre pas trop et les symptômes de la maladie disparaissent rapidement.

    4. Infection à adénovirus - tous les symptômes susmentionnés d'infections virales respiratoires aiguës, de conjonctivite et d'augmentation de la température corporelle, qui sont maintenus longtemps sur des chiffres de bas grade, se rejoignent. Les adénovirus ont un tropisme pour le tissu lymphatique et provoquent souvent un élargissement du ganglion lymphatique, de la rate ou de la lymphadénite chez les enfants. L’état du système lymphatique dépendra de la durée de la maladie et des risques de complications.

    5. SEP - infection - le virus respiratoire syncytial affecte la muqueuse bronchique et provoque le développement d'une bronchite, d'une pneumonie et d'un asthme bronchique chez les enfants. Les principaux symptômes de cette infection sont une toux sèche et douloureuse qui apparaît immédiatement après l’infection et se développe rapidement, ainsi que d’autres signes: essoufflement, respiration accrue, fièvre et mal de gorge.

    Principes de traitement des ARVI

    Le traitement des infections virales respiratoires aiguës chez les enfants est généralement effectué à domicile.Il est nécessaire de traiter un enfant hospitalisé avec le développement de complications, une forme sévère de la maladie, des enfants atteints de comorbidités ou des nourrissons de moins d’un an atteints de forme modérée à sévère.

    Même si l’enfant a déjà présenté plusieurs fois des symptômes similaires, il est nécessaire d’appeler le médecin et d’effectuer le traitement sous son contrôle, car seul un spécialiste expérimenté sera en mesure d’évaluer avec précision l’état du patient et de voir le risque de complications à long terme.

    Environ 200 virus différents peuvent provoquer des ARVI chez les enfants, et bon nombre d’entre eux mutent chaque année. Par conséquent, aucun traitement spécifique ni prévention des maladies n’a encore été mis au point. Traiter un enfant avec ARVI est proposé des agents symptomatiques et des médicaments antiviraux. Le moyen le plus sûr d’éviter les infections virales respiratoires aiguës fréquentes chez l’enfant et de guérir rapidement de toute infection est de prévenir les infections virales: durcissement, thérapie par vitamines, promenade au grand air et effort physique.

    Pour soigner un enfant plus rapidement, vous devez suivre les règles suivantes:

    1. Respectez le repos au lit jusqu'à ce que la température corporelle redevienne normale, puis protégez-le de tout effort pendant quelques jours, afin d'éviter toute complication, dans la mesure où le corps du patient est très affaibli.

    2. L'alimentation d'un enfant malade doit être légère et nutritive - plus de légumes, de fruits et de produits laitiers. Veillez à respecter le mode de consommation d'alcool: un enfant doit boire au moins 1,5 à 3 litres de liquide par jour, en fonction de son âge. Si le bébé est allaité, il est nécessaire de surveiller son état - lèvres sèches, peau chaude et sèche, respiration rapide - ce sont des signes de déshydratation, quand ils apparaissent, vous devez commencer à nourrir l'enfant avec de l'eau bouillie à un taux d'environ 10 ml par kg de poids, tous les deux ans. 3 heures Jus de fruits, compotes, boissons aux fruits, thé au miel et à la framboise ou eau minérale alcaline sans gaz peuvent être offerts aux enfants de plus d'un an.

    3. Si la température corporelle dépasse 38,5 g, l'enfant reçoit des antipyrétiques (panadol, paracétamol pour enfants, ibuprofène et autres médicaments similaires); pour les enfants de moins d'un an, vous pouvez utiliser un suppositoire rectal avec un antipyrétique.

    4. Si vous avez mal à la gorge, commencez immédiatement à vous rincer avec une solution antiseptique. Plus la gorge du patient sera gargarisée, plus tous les microorganismes et leurs produits métaboliques seront lavés de l'oropharynx. Il est optimal de se gargariser toutes les 2 à 4 heures avec des solutions de sel de sodium, de la camomille, des bouillons de sauge, des solutions de pharmacie préparées ou des solutions de furatsiline, de l'iode et du peroxyde d'hydrogène.

    5. Si la toux persiste pendant plusieurs jours, il est conseillé de commencer à prendre des expectorants et des médicaments dilutifs des crachats - Bromhexine, sirop de racine de réglisse, Mukaltin, Ambro et autres.

    6. Dès les premiers jours de l’infection virale, vous devez commencer à prendre des antiviraux - interféron, anaferon, viferon. Enfants jusqu'à un an, ces médicaments sont prescrits sous forme de bougies.

    7. Si les symptômes de la maladie ne disparaissent pas au bout de quelques jours et que la température corporelle est maintenue à un nombre élevé, cela peut indiquer l'apparition d'une infection bactérienne et la nécessité de commencer un traitement antibiotique, ce que seul un médecin peut prescrire.

    Prévention du SRAS

    La prévention spécifique du SRAS chez les enfants n’a pas encore été mise au point et, afin d’éviter l’infection et de se débarrasser rapidement des manifestations cliniques de l’infection, vous devez suivre les règles de l’hygiène personnelle, éviter de vous encombrer, de trop refroidir et d’accroître les défenses immunitaires. La meilleure prévention de toute infection chez l’enfant est une bonne immunité. Pour cela, il est nécessaire de renforcer l’enfant, de surveiller son état de santé et de lui assurer une nutrition adéquate.

    Comment traiter le rhume chez un enfant?


    La plupart des femmes se considèrent comme des experts dans trois domaines: la médecine, la cuisine et l'éducation des enfants, alors écrivez sur le sujet: «Comment traiter un rhume pour un enfant?» Est une tâche ingrate. Et pourtant, je vais essayer de discuter d'un sujet sur lequel des kilomètres de texte ont déjà été écrits.

    Le rhume chez les enfants dans le langage médical est appelé maladie virale des voies respiratoires aiguës (abrégé ARVI). Le mot "viral" est intentionnellement mis en avant par moi, car c'est la clé du récit ultérieur.

    Les symptômes du rhume chez les enfants sont les suivants: une hausse soudaine, souvent asymptomatique de la température corporelle, à la suite de laquelle se produit un écoulement nasal clair et liquide (en russe - l'écoulement nasal). Si l'écoulement devient jaune ou vert, c'est le symptôme d'une infection bactérienne qui s'est jointe au nasopharynx. La toux est sèche au début, mais devient humide avec le temps. Il peut y avoir des maux de gorge et des maux de gorge, ainsi que des éternuements.

    Comment traiter un enfant enrhumé?

    Chaque mère, assise au-dessus du lit du bébé malade, pose la question suivante: "Que dois-je donner à mon enfant qui a un rhume?" J'énonce les règles enseignées par tout étudiant en médecine en pédiatrie:

    1. Lutte contre la fièvre - paracétamol dans la dose d'âge.
    2. Buvez beaucoup de grippe - prévention de la déshydratation causée par la fièvre.
    3. Avec une toux sèche, il existe des antitussifs (contre-indiqués pour les enfants de moins de 2 ans) et, en présence d'une toux grasse, des médicaments expectorants (bromhexine, ambroxol, ACC, etc., voir un aperçu de tous les remèdes contre la toux expectorante).
    4. Une fois que la température est revenue à la normale, des méthodes physiothérapeutiques peuvent être appliquées: pédicure à la vapeur, inhalation de soude, etc.

    Comment ne pas traiter ARVI chez les enfants

    Les statistiques mondiales disent ce qui suit

    90% des infections respiratoires (infections des voies respiratoires supérieures) chez les enfants sont de nature virale. C'est un virus sur lequel les antibiotiques n'agissent pas. Malheureusement, la plupart des mères considèrent les antibiotiques comme un médicament contre la fièvre et commencent à les donner à l'enfant en cas de rhume.

    Il n'y a pas de médicaments sûrs, la prise d'agents antibactériens provoque des allergies, une dysbiose intestinale, supprime l'immunité et forme la résistance aux bactéries des antibiotiques.

    Les pédiatres connaissent certes les dangers des antibiotiques pour les infections virales respiratoires aiguës, mais il est difficile de distinguer un rhume d'une pneumonie, et même chez le patient, en n'utilisant que ses mains, ses yeux et son phonendoscope, surtout avec une expérience insuffisante.

    Il est plus facile pour la plupart des pédiatres de prescrire un antibiotique à l’enfant dès le premier jour et, comme on dit, de «ne pas se baigner»: le tort causé par eux n’est pas très perceptible au début. Oui et ma mère est calme.

    Je résume: les antibiotiques pour le rhume chez les enfants de moins de 12 ans pendant les 5 premiers jours ne sont pas applicables. Si vous avez des nerfs fragiles, chaque toux ou nez qui coule doit être accompagné d'une visite à la clinique et de recherches supplémentaires: prise de sang, radiographie des poumons, examen du médecin de l'oto-rhino-laryngite, test de l'urine, etc.

    Élévation de la température corporelle

    Les adultes et les enfants de plus de 6 ans devraient avoir de la fièvre si elle dépasse 390 ° C. Cette température n'est plus considérée comme physiologique et peut nuire à l'organisme. Chez les jeunes enfants (jusqu'à 6 ans), les antipyrétiques doivent être utilisés à une température de 38,6 ° C, en raison du risque de syndrome convulsif. Ainsi que chez les enfants en état de convulsion ou chez les convulsions fébriles déjà enregistrées, la température chute de 37,5 à 38 ° C.

    La température est un élément important de la lutte de l'organisme contre les infections. Lorsque la fièvre est inhibée, l'activité vitale des agents pathogènes froids, ainsi que la mobilisation des défenses de l'organisme. Par conséquent, une lutte excessive contre la fièvre ne fait que retarder la guérison. En outre, tous les médicaments antipyrétiques peuvent provoquer des allergies, des ulcérations de l’estomac ou des lésions rénales graves, jusqu’à leur échec.

    En plus des comprimés, il existe des méthodes physiques de refroidissement. Bien sûr, chez les adultes, ils ne sont pas très efficaces, mais chez un enfant, ils peuvent baisser complètement la température (voir comment réduire la température sans médicament):

    • Si l'enfant est rouge - avec une hyperthermie rouge, lorsqu'il est rose, vous ne devez pas envelopper le bébé malade, mais plutôt le déshabiller jusqu'à la culotte et le laisser refroidir à l'air libre. Cruel, mais efficace.
    • Si l’enfant souffre d’hyperthermie d’un blanc pâle, il faut l’envelopper dans une couverture légère et l’arroser de liquide tiède.
    • Frottez la vodka pour enfants (ne convient pas aux jeunes enfants, en particulier jusqu'à un an), il est préférable de la frotter localement - stylos, jambes. L’évaporation de l’alcool refroidit rapidement la peau. N'utilisez pas de solutions alcooliques supérieures à la concentration de vodka. Cela peut affecter la peau des enfants et l'enfant peut tomber malade en raison de l'absorption forcée de l'alcool.
    • Froid sur les navires principaux. En langage normal, cela ressemble à ceci: on prend une bouteille en plastique, on y verse de l’eau froide et on l’applique sur les aisselles ou les zones inguinales. L'eau refroidira les gros vaisseaux sanguins qui y passent.
    • Ne portez pas de chapeau sur l’enfant dans la pièce, en particulier sur le patient. C'est ce que les grands-mères de la vieille école aiment faire. La tête est la principale source de perte de chaleur dans le corps. Elle évacue jusqu'à 80% de la chaleur. Par conséquent, en cas de fièvre, la tête doit être refroidie de toutes les manières possibles.

    Avec la fièvre, l'évaporation du liquide de la peau est grandement améliorée. Par conséquent, l'enfant doit être abondamment arrosé afin d'éviter une déshydratation menaçant le pronostic vital. N'importe quel liquide fera l'affaire: compotes, boissons aux fruits, thé, jus et juste de l'eau pure.

    L'histoire de la pédiatrie domestique qui rend malade des enfants en bonne santé

    • Maman est la maman russe moyenne qui pense tout savoir sur le rhume.
    • L'enfant est un enfant normal et en bonne santé, âgé de cinq ans, fréquentant régulièrement la maternelle.
    • Pédiatre - vient de terminer ses études et a été distribué dans une clinique russe moyenne, il possède de nombreuses connaissances en matière de traitement du rhume.

    Donc Le gamin rentre de la maternelle, mouillé, morveux, tousse et avec une température de 38,50 ° C. Le lendemain matin, maman appelle la clinique et appelle le médecin à la maison.

    Un pédiatre vient, examine l'enfant et pose un diagnostic: ARVI. On lui a appris qu'à cet âge 90% des infections respiratoires sont d'origine virale, ce qui signifie qu'elles sont traitées comme décrit au début de cet article. Il lui prescrit du paracétamol, une boisson abondante et également de l'ascorbique, et repart avec une âme sereine.

    Mais la maladie ne disparaît pas, la température se maintient aux alentours de 390 ° C, l’enfant pleure, refuse de manger, la morve et la toux. Maman sait avec certitude que l'ascorbique n'est pas un médicament, mais le paracétamol ne fait que chauffer. Elle appelle la clinique et y jure pour tout le monde, en disant que vous m'avez envoyé un médecin ignorant.

    Afin de ne pas "taquiner les oies", le directeur part pour le Kid. service de pédiatrie ou adjoint. médecin en chef et prescrire un antibiotique. La motivation est claire. Tout d'abord, pour que maman n'interfère pas avec le travail des appels hystériques. Deuxièmement, si une pneumonie se développe malgré tout et qu’aucun antibiotique n’est prescrit, Maman va immédiatement poursuivre en justice. En général, nous traitons «non pas comme il se doit», mais «combien de calme».

    En conséquence, un rhume, qui peut durer 7 jours, dure 3 semaines. Au cours de la lutte contre la maladie, l'immunité des enfants est grandement affaiblie. L'enfant est emmené à la maternelle, où quelqu'un doit éternuer dedans et le froid va s'y accrocher à nouveau.

    Après une semaine passée au jardin d'enfants du Kid, il a de nouveau la fièvre, un nez qui coule et une toux. Maman appelle à nouveau chez elle. La dernière fois, le pédiatre a appelé "sur le tapis" et a expliqué: "Comment travailler avec les patients". Il vient chez Tiny et prescrit un antibiotique dès le premier jour. Tout le monde est heureux: maman - le traitement est correct de son point de vue, le pédiatre - encore une fois, ne sera pas privé du prix, la direction de la clinique - il n'y aura pas de bagarre avec la prochaine plainte.

    Et encore une fois, la maladie qui aurait pu disparaître en une semaine s'écoule un mois. Quel type d'immunité infantile peut y résister? Encore une fois la maternelle, encore un rhume et encore un mois de «traitement». C’est ainsi que nos héros ont transformé un tout-petit en bonne santé en un mal souvent et de longue durée (en passant, terme officiel). J'espère que vous comprenez où le rhume vient d'un enfant?

    Quelques questions communes des parents

    Est-il possible de laver un enfant atteint d'un rhume?

    Cette question remonte à 200 ans, quand il n'y avait pas d'eau chaude dans les maisons et que les enfants étaient lavés dans une auge dans le couloir ou dans le bain, il était possible de tomber encore plus malade. Au XXIe siècle, il est possible et nécessaire de baigner un enfant froid, mais il convient de rappeler qu'un bain chaud à une température corporelle élevée est absolument contre-indiqué. Assez pour limiter une douche chaude.

    Comment pouvez-vous comprendre qu'un enfant a récupéré?

    La dynamique positive peut être considérée comme 3 jours de température normale. Il est également considéré comme un bon signe de transformer la toux sèche en touffe humide (à condition que l'écoulement ne devienne pas clair, de couleur jaune ou verte). Mais si la température de l'enfant en convalescence a de nouveau augmenté, on peut alors supposer l'ajout d'une infection bactérienne.

    Si un enfant est malade, devrait-il mieux manger?

    Pendant la fièvre, toutes les forces du corps sont consacrées à la lutte contre l’infection et la digestion d’aliments riches en protéines nécessite beaucoup d’énergie. Par conséquent, à des températures élevées, la nourriture doit être légère, riche dans la mesure du possible en glucides et en vitamines, mais il est bon et dense de nourrir l'enfant en convalescence pour lui permettre de reprendre des forces.

    Quel type de médicaments pour traiter un enfant âgé de 1,3 ans du SRAS?

    Réponses:

    Yana (ZOOM)

    Je donne BronhoMunal, à la 1ère capsule, le matin à jeun! Tantum Verde dans le cou, bien, et la médecine traditionnelle - framboise, miel !! En général, bien sûr, il est préférable de consulter un pédiatre!

    Olguita

    bougies viferon matin et soir. si la température est élevée, alors abattez - nous avons utilisé des bougies efferalgan. Avez-vous snot? s'il y en a une, rincez le nez avec un chariot salé ou un physiomère et ainsi de suite, sucez. et le reste - buvez plus, comme les adultes. À propos, ils ont utilisé ocilloclocum, mais comme médicament auxiliaire - 0,5 capsule 3 fois par jour. En règle générale, cela permettait de récupérer rapidement.

    Irishka))))

    L'enfant a une faible immunité. Et il peut avoir un parasite dans le corps! ! Vérifiez avec le médecin !!

    Vladislav Oskerko

    À propos du traitement du SRAS chez les enfants, lisez ici. Bronchomunal n'est pas nécessaire, il interfère avec le système immunitaire, ce qui peut être dangereux
    http://forums.rusmedserv.com/showthread.php?t=25432

    Lyubimova Nadezhda

    Personnellement, j’ai trouvé un moyen très efficace: je verse de l’eau ordinaire dans un flacon pulvérisateur, j’ajoute quelques gouttes de menthe, d’eucalyptus et quelques huiles essentielles de conifères; Je secoue la bouteille et vaporise autour de la pièce (appartement). Premièrement, la désinfection de la pièce, ensuite l'inhalation (avec parcimonie et pour tous les occupants de la maison), troisièmement, l'humidification de l'air, la poussière qui se détache et les pulvérisations pendant la saison de chauffage. Vous bénisse!

    L'enfant a 3 ans orvi, amygdalite purulente, nez qui coule, podkashivaet. que traiter vos enfants. que soigne tes bébés

    Réponses:

    être heureux ne vous inquiétez pas


    idiot.
    J'ai un enfant..

    Svetlana Ivanovna Sergeeva

    Il faut tempérer lentement et marcher en plein air, faites attention, ne marchez pas quand le vent est fort. (expérience amère)

    Natalia

    Angine de poitrine, et même plus purulente - même pour mes enfants, même pour les étrangers - je traite avec des antibiotiques en association avec des moyens symptomatiques - antipyrétique, rinçage, etc. - Il n'y a pas d'autre schéma thérapeutique ici - Une angine de poitrine mal traitée est semée d'embûches.
    Au sujet du durcissement - bon conseil, mais pas à l'heure - durcissez l'enfant lorsqu'il est en bonne santé et qu'il doit endurcir le malade tardivement - il doit être traité.

    Olga Klimova

    ce que le médecin conseillera.. si un mal de gorge purulent nécessite un antibiotique

    nous traitons de telles maladies avec l'aide d'un pédiatre et non avec les conseils d'un site de bande dessinée

    Elena Ivanova

    Il est nécessaire que le médecin examine l'enfant. Il arrive que l'on ne puisse pas se passer d'antibiotiques. Maux de gorge purulent, par exemple, nous avons guéri avec de l’azithromycine et des rinçages fréquents. Mais pour ne pas conduire à une telle complication, il est préférable de traiter dès l'apparition des premiers signes de la maladie. Je donne à l’enfant de la izoprinozine - c’est un agent antiviral qui élimine rapidement l’agent pathogène et renforce en même temps l’immunité de l’enfant. Nous en buvons 2 fois par jour pour une pilule, donc le médecin nous le prescrit. Le cours dure 5 jours, mais cela s'améliore pour l'enfant le deuxième jour, la température disparaît, un mal de gorge et un nez qui coule disparaissent progressivement. Dans quelques jours, le bébé est complètement en bonne santé! tellement plus rentable d'être soigné! Pas besoin d'acheter un tas de médicaments et de rester longtemps à l'hôpital.

    Maria Zinchenko

    L'angine, particulièrement purulente, doit être traitée sous la surveillance étroite d'un pédiatre. Comme elle est toujours traitée avec un antibiotique, l'angine est dangereuse pour ses complications et les médecins prescrivent donc un antibiotique et obligatoire. En outre, il est nécessaire de se gargariser, aide bien à une décoction de sauge, de camomille, de soda et de sel. Si l'enfant ne sait pas comment le rincer, il est alors possible de verser doucement la solution dans les amygdales avec une seringue (sans aiguille, bien sûr), puis de lui demander de cracher l'enfant. En cas de rhume, et en général pendant la maladie, je frotte le nez et les points actifs avec du baume du tigre, cela nous aide à réduire le nez qui coule, détruit les microbes, et la récupération se fait plus rapidement. En outre, en cas de maux de gorge, comme pour tout autre rhume ou maladie virale, il est très important de boire beaucoup d'eau. Buvez-le souvent, préparez des tisanes, mais n'oubliez pas que le thé ne doit pas être chaud, mais pas chaud.

    http://0p3.ru/orvi-orz/orvi-u-rebenka-3-goda-chem-lechit.html

    Plus D'Articles Sur La Santé Pulmonaire